Pleins feuxSeptembre 2015

Implantation graduelle du nouveau réseau régional de soins de santé

Des mesures d’amélioration de la qualité et de la continuité des soins sont en cours

Comme une photo qui se précise en faisant la mise au point ou une sculpture qui prend forme peu à peu, une image plus nette du nouveau système de santé publique du Québec émerge progressivement depuis son remaniement enclenché le 1er avril dernier.

Le tableau se précisera davantage cet automne — et pendant une bonne partie de 2016 — alors que l’équipe nouvellement créée de la haute direction (voir article d’accompagnement) et le conseil d’administration (à venir en septembre) superviseront la prestation d’une vaste gamme de services offerts à l’Hôpital général juif et dans les huit établissements partenaires régionaux, collectivement désignés Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

De concert, ils servent plus de 360 000 personnes en provenance d’une grande partie de Côte-des-Neiges–Métro–Parc-Extension et de Côte-Saint-Luc–NDG–Montréal-Ouest. (Environ deux dizaines de réseaux de santé multiservices de même nature couvrent le reste de la région de Montréal et le Québec.) Leur objectif consiste à imprimer un nouvel élan au système en améliorant sa capacité de réagir aux besoins changeants d’une gamme plus large de patients, de résidents et de clients.

En raison du regroupement sous une même administration d’un si grand nombre de différents types d’établissements de soins de santé, plusieurs moyens peuvent être pris pour veiller, par exemple, au transfert rapide et sans heurts des patients d’un hôpital vers un centre de réadaptation ou vers un établissement gériatrique.

Parallèlement, plusieurs autres moyens peuvent servir également à réduire la fragmentation des services entre les établissements, limiter le gaspillage et le chevauchement ainsi qu’accroître la responsabilisation en ce qui concerne les décisions en matière de dépenses. En plus de contribuer à améliorer les services, ces mesures devraient permettre de débloquer des fonds supplémentaires consacrés aux traitements et aux soins.

Jusqu’à présent, bien des changements importants sont survenus en coulisse. Par exemple, au lieu d’avoir neuf services des finances — un pour chaque établissement du CIUSSS du Centre Ouest-de-l’Île-de-Montréal — il n’en existe désormais qu’un seul pour tous ces services. Il en va de même pour les Ressources humaines, la Gestion de l’information, les Services techniques et d’autres divisions administratives. On prévoit, cet automne, un ajustement similaire en ce qui concerne les services cliniques.

La Fondation de l’HGJ continue de soutenir l’excellence à l’HGJ

L’HGJ demeure un établissement d’une importance capitale pour le nouveau réseau des soins de santé de la région. En sa qualité d’hôpital de soins tertiaires et quaternaires du CIUSSS du Centre Ouest-de-l’Île-de-Montréal, l’HGJ continue de jouer un rôle déterminant dans la prestation de services médicaux de qualité.

Plus précisément, l’importante contribution que la Fondation de l’HGJ apporte à l’HGJ permet à l’Hôpital de recruter les meilleurs médecins, de se doter d’équipements de pointe, d’entreprendre des recherches novatrices et de continuellement moderniser ses installations.

Tout comme la Fondation de l’HGJ, les fondations des autres établissements de la nouvelle région continueront de soutenir leurs institutions respectives, consacrant à chacun chaque dollar amassé.

Ce partenariat unique entre l’HGJ et sa fondation a eu pour résultat une puissante dynamique qui assure la prestation des meilleurs soins et traitements à la population de Montréal et du Québec.

La Dre Alice Yu rencontre une patiente dans un compartiment de la Zone d’évaluation rapide du Service de l’urgence de l’HGJ.

La Dre Alice Yu rencontre une patiente dans un compartiment de la Zone d’évaluation rapide du Service de l’urgence de l’HGJ.

Et lorsque le conseil d’administration sera en place, ses membres à titre individuel et institutionnel seront sélectionnés dans tout le réseau pour superviser la prestation des soins sur l’ensemble du territoire. (En raison de la loi qui a été établie, les nouveaux réseaux ont éliminé les conseils d’administration de chaque établissement de soins de santé, y compris celui de l’HGJ.)

Selon le Dr Lawrence Rosenberg, président-directeur général du CIUSSS du Centre Ouest-de-l’Île-de-Montréal, les changements apportés aux soins de santé deviendront encore plus visibles au cours des derniers mois de 2015. L’accent sera d’abord mis, explique-t-il, sur l’examen de certains services qui pourraient le mieux résoudre les problèmes d’accessibilité et de rapidité.

C’était à prévoir : la première phase de transition au cours du printemps et de l’été derniers a connu son lot de difficultés, « mais rien d’insurmontable », précise le Dr Rosenberg. Chose importante, l’équipe de gestion, nouvellement créée et composée de cadres supérieurs qualifiés et expérimentés de l’HGJ et des établissements de l’ensemble du réseau, s’affère à relever les premiers défis.

Mais, ajoute le Dr Rosenberg, on ignore encore dans quelle mesure le ministère de la Santé et des Services sociaux interviendra directement dans les menus détails de la gestion des nouveaux réseaux des soins de santé du Québec. « Je suis persuadé que nous parviendrons à conserver le contrôle de la qualité de nos services de même que celui du processus de transition. »

Un résident et un membre du personnel du Centre gériatrique Donald Berman Maimonides, l’un des établissements partenaires de l’HGJ appartenant au CIUSSS du Centre Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

Un résident et un membre du personnel du Centre gériatrique Donald Berman Maimonides, l’un des établissements partenaires de l’HGJ appartenant au CIUSSS du Centre Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

Selon Francine Dupuis, présidente-directrice générale adjointe du CIUSSS du Centre Ouest-de-l’Île-de-Montréal, alors que l’attention se tourne sur la réforme des services de santé, plusieurs questions importantes se posent : « Où devrait être situé chacun des services? Qui devrait les fournir? Quel endroit pourrait les offrir avec la plus grande efficacité et à moindre coût? »

Elle poursuit : « Cela peut signifier, par exemple, qu’un patient devra être transféré vers un programme plus efficace. Parfois, les infirmières effectuent une tâche, dont un préposé aux soins peut très bien s’acquitter. Elles pourraient donc l’abandonner complètement. »

Mme Dupuis et le Dr Rosenberg expliquent que d’autres mesures, à l’étude ou en cours, visent à améliorer l’expérience des patients, des résidents et de la clientèle de l’HGJ ainsi que celle de tout le réseau. Par exemple, une unité de pratique intégrée spécialisée dans le traitement des accidents vasculaires cérébraux est en voie de développement. Loin de se limiter à l’Hôpital, l’unité aura des ramifications dans la communauté, incluant des services de réadaptation et de soins primaires.

De plus, on pourrait bientôt mettre fin à une procédure qui permet de réévaluer régulièrement certains patients hospitalisés pour déterminer s’ils peuvent retourner à la maison ou s’ils doivent être transférés dans un établissement de soins prolongés. Comme ces patients finissent presque toujours par se retrouver dans un centre de soins prolongés, la réévaluation ne sert pas à grand-chose.

« Nous avons également écouté ce qu’avaient à nous dire les membres du personnel, ajoute Mme Dupuis. Étant la plupart du temps aux premières lignes, ils sont d’excellents observateurs. Nous devrons faire preuve de courage pour mettre en œuvre ces changements. Même s’ils devaient soulever une certaine résistance, il faudra les appliquer, mais de façon respectueuse. »

Carrie Bogante, directrice des Ressources financières du CIUSSS du Centre Ouest-de-l’Île-de-Montréal, estime que le printemps a été difficile : outre l’avènement d’un nouveau réseau de la santé, cette période coïncidait avec la mise au point de l’exercice financier 2014-2015 des neuf établissements ainsi que l’élaboration de leur budget 2015-2016. Le fait que chaque établissement membre utilisait un système comptable différent a bien sûr contribué à compliquer la situation.

« Mais nous avons enfin effectué le virage, affirme Mme Bogante, et nous examinons comment nous devons procéder pour intégrer le tout et optimiser les processus au niveau des effectifs. »

Selon elle, l’objectif consiste à réunir tous les professionnels des finances au sein d’une unité cohérente, où ils offriront des données exactes et à jour à tout le CIUSSS du Centre Ouest-de-l’Île-de-Montréal. Ces informations sont essentielles pour permettre aux superviseurs de gérer leur budget et d’identifier les secteurs où il est possible de réaliser des économies en veillant à ce que les dépenses soient tout aussi efficaces dans le nouveau réseau.

« À première vue, on a l’impression qu’il s’agit d’une montagne infranchissable, poursuit Mme Bogante, et si vous continuez à penser de cette façon, vous ne pouvez pas commencer à l’escalader. Il faut donc décomposer le problème en une série d’objectifs raisonnables, et c’est alors que cela devient plus facile. »

Pour Beverly Kravitz, directrice des Ressources humaines, des Communications et des Affaires juridiques du CIUSSS du Centre Ouest-de-l’Île-de-Montréal, la création du réseau s’avère « une excellente occasion d’améliorer les soins de santé » en veillant à ce que les fournisseurs de soins — médecins, personnel infirmier et autres professionnels de tout le réseau — reçoivent des Ressources humaines, l’aide, l’information et le soutien nécessaires.

« Notre objectif, explique-t-elle, consiste à maintenir un milieu de travail sain tout en l’améliorant, à aider le personnel à atteindre un juste équilibre entre leur vie professionnelle et leur vie privée ainsi qu’à nommer la bonne personne au bon poste et au bon moment. Nous tenons à ce que les membres du personnel sachent que nous reconnaissons leur contribution et que nous l’apprécions à sa juste valeur. Ainsi, ils peuvent donner le meilleur d’eux-mêmes pour satisfaire les besoins des usagers du système de santé qui comptent sur eux. »

Selon Mme Kravitz, l’accès à cette forme de soutien sera particulièrement important pour le personnel durant la prochaine année, alors qu’ils feront la transition entre leur ancien travail dans leur établissement respectif et leurs nouvelles fonctions au sein d’un réseau de la santé qui couvre la vaste région du Centre Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

À l’heure actuelle, le Service des ressources humaines s’affaire à planifier sa restructuration tout en veillant à répondre aux besoins de ses partenaires du milieu des affaires. Non seulement les Ressources humaines chercheront à améliorer la prestation de ses services, mais, précise Mme Kravitz, son personnel tentera en même temps d’atteindre « l’efficacité organisationnelle et réaliser des économies d’échelle tout en intégrant les services aux entreprises des différents établissements du réseau. Un exemple novateur de la manière dont nous améliorerons l’efficacité est la création des dossiers électroniques des employés. »

Elle poursuit : « Nous cherchons à optimiser nos processus par le biais du système de gestion Lean integration afin de renforcer notre efficience et permettre ainsi à nos clients d’en profiter. »

Mme Kravitz réalise très bien que la plupart des membres des Ressources humaines, comme ceux d’autres services, devront s’habituer à travailler avec leurs collègues des autres établissements. Toutefois, ce bassin de talents représente «  une occasion unique pour nous tous d’apprendre les uns des autres et de continuer à établir les meilleures pratiques et des moyens novateurs pour soutenir l’excellence en matière de prestation des soins de notre réseau. »

Pour Francine Dupuis, il est évident qu’une transformation d’une telle ampleur connaîtra des embûches et des obstacles importants. « Notre priorité est de veiller à ce que les usagers du système de santé bénéficient de soins et de traitements sécuritaires et de qualité supérieure, mais cela mis à part, nous examinerons toute proposition raisonnable. À long terme, ce sont les patients, les résidents et les clients du CIUSSS du Centre Ouest-de-l’Île-de-Montréal qui en sortiront gagnants. »

 

TD Summer FR

Previous article

Forte régression du taux d’infection à C. difficile grâce à une attention particulière accordée aux mesures préventives

Next article

Excellent taux de satisfaction pour la Clinique d’oncogériatrie

No Comment

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *