NouvellesSeptembre 2017

Importants travaux de réfection de l’aire des thérapies de coagulation

Les soins d’anticoagulathérapie seront centralisés

Chef de file depuis son ouverture, en 2012, le Centre d’excellence en thrombose et anticoagulation est sur le point d’occuper une aire nouvellement rénovée, plus confortable pour les patients et comportant des installations améliorées de recherches et d’enseignement.

Le point focal du Centre sera le troisième étage entièrement rénové du pavillon C, qui est vacant depuis le relogement de l’Unité des soins intensifs au pavillon K, en 2016. Les rénovations sont en cours, et l’ouverture est provisoirement prévue en janvier.

Depuis cinq ans, les bureaux et les autres installations du Centre sont éparpillés dans différents endroits de l’Hôpital, y compris le Service d’épidémiologie, au pavillon H, et les cliniques d’anticoagulation et de thrombose, au pavillon E, explique la Dre Susan Kahn, la directrice du Centre d’excellence et du programme de thrombose de l’HGJ.

Le nouvel aménagement créé un lieu commun pour le traitement et la gestion des troubles de coagulation, et pour les soins d’anticoagulathérapie, précise la Dre Kahn, qui est également professeur de médecine à l’université McGill et titulaire d’une chaire de recherche de niveau 1 en thrombo-embolie veineuse, à l’université McGill.

Le lancement du Centre est d’autant plus urgent que les embolies pulmonaires (quand un caillot sanguin va obstruer l’artère pulmonaire) causent plus de décès chaque année que le cancer du sein, le VIH et les accidents routiers combinés. C’est l’une des affections cardiovasculaires les plus courantes, avec la thrombose veineuse profonde (formation d’un caillot dans les veines profondes des membres inférieurs), après les crises cardiaques et les AVC.

Selon la Dre Kahn, nous devons prêter une attention accrue au nombre croissant d’anticoagulants (fluidifiants sanguins) administrés, afin que les patients et les médecins connaissent les avantages de ces médicaments, mais qu’ils comprennent aussi leurs effets secondaires dangereux dans certaines circonstances.

Elle estime qu’approximativement 60 à 65 pour cent des patients admis à l’HGJ tous les jours reçoivent un médicament anticoagulant sous une forme ou une autre, et que 16 000 visites sont effectuées chaque année à la Clinique d’anticoagulation.

Le Centre rénové comportera :

  • un aménagement plus clair et moins encombré, grâce à un éclairage amélioré et à de nouvelles fenêtres;
  • un vaste espace clinique, comportant des aires de réception, d’attente et d’examen aménagées de manière à rehausser l’efficacité du flux des patients d’un endroit à l’autre;
  • un agencement qui permet aux cliniciens, aux résidents, aux professionnels multidisciplinaires, aux chercheurs et aux étudiants d’être à peu de distance les uns des autres, ce qui facilitera l’échange de connaissances et la collaboration;
  • un plus grand nombre de salles d’examen, un avantage pour les patients, mais aussi pour les stagiaires postdoctoraux de l’université McGill à l’HGJ.

Comme c’est le cas depuis 2012, la Fondation de l’HGJ a assuré support requis pour la dernière étape de l’aménagement du Centre, en partenariat avec Sanofi Canada Inc.

« Nous sommes profondément reconnaissants à l’Hôpital général juif de souligner l’importance de ce domaine de la médecine », déclare la Dre Kahn. « En reconnaissant les réalisations de ce groupe au sein de l’Hôpital, l’HGJ fournit la structure qui nous permettra d’accéder à un niveau supérieur. »

Previous article

Le docteur Roderick McInnes est récipiendaire du Prix de scientifique émérite

Next article

Les familles et les membres du personnel de l’HGJ se souviennent des tout-petits qui nous ont quittés trop tôt

No Comment

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *