85e anniversaire - ArchivesMars 2019

De nos archives: La vente de tabac est interdite sur le site de l’HGJ

Au début de 1969, le Dr Richard Margolese, qui deviendra plus tard le chef de l’Oncologie de l’HGJ, écrit une lettre enflammée qui influencera considérablement la décision du Conseil d’administration d’interdire la vente de cigarettes à l’hôpital.

Après avoir évoqué les preuves de plus en plus accablantes associant le tabagisme au cancer du poumon et à d’autres maladies connexes, le Dr Margolese explique au Conseil que « la profession médicale a la responsabilité d’éduquer le public et de lui montrer l’exemple. Une responsabilité qui s’applique aussi à l’Hôpital. »

« L’administration devrait mettre l’abolition de la vente de cigarettes, à la fois dans les machines distributrices et dans les tabagies, sur le même pied que l’application des mesures et des règles d’hygiène de base dans tout l’établissement. L’Hôpital a la responsabilité professionnelle et l’obligation morale de jouer ce rôle. »

Convaincu par l’exposé du Dr Margolese, le Conseil convient d’interdire, à compter du 1er mars 1969, la vente de tabac dans tout l’hôpital. L’HGJ devient ainsi l’un des rares établissements de soins de santé à adopter une telle politique à Montréal, laquelle représente un grand pas vers l’interdiction de fumer à l’hôpital.

Dr Margolese, qui est membre de la Surgery and Tumour Clinic au moment où il rédige cette lettre en 1969, assumera ensuite les fonctions de chef de l’Oncologie de 1988 à 2007, en plus de recevoir l’Ordre du Canada en 1997.

*****

Le 85e anniversaire de l’Hôpital général juif est l’occasion idéale de jeter un regard sur le passé. En nous souvenant des efforts extraordinaires déployés par les fondateurs, les défenseurs, les membres du personnel et les bénévoles de l’HGJ, nous rendons hommage au patrimoine durable qu’ils nous ont légué.

En 2019, nous publierons chaque semaine dans les Nouvelles HGJ un nouvel article tiré de l’album-souvenir de l’HGJ.

Previous article

« Cher journal, la situation est encore grave, mais il y a de l’espoir »

Next article

De nos archives: Bons souvenirs de la cafétéria

No Comment

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *