Août 2019Pleins feux

Le 50e anniversaire de l’IPCF marque un tournant de la psychiatrie à l’HGJ

1946 : Instauration d’un service de psychiatrie dans le Service de neurologie. Une clinique hebdomadaire pour les patients externes est ouverte, mais aucun service hospitalier ni thérapie individuelle ou travail social ne sont offerts.

1952 : Inauguration du Service de psychiatrie; le Dr Saul Albert en est le chef.

1956 : Création d’une unité d’hospitalisation de 20 lits. Les psychiatres qui y travaillent exercent leurs fonctions universitaires par l’entremise de l’hôpital des anciens combattants.

1958 : Pendant sa formation psychanalytique, le Dr Henry Kravitz, futur chef du Service, met sur pied ce que l’on tient comme étant la première thérapie psychodynamique de groupe à Montréal.

Dr Nathan Epstein, chef du Service de psychiatrie de 1959 à 1967.

Dr Nathan Epstein, chef du Service de psychiatrie de 1959 à 1967.

1959 : Après la nomination du Dr Epstein au poste de chef du Service de psychiatrie, l’aire de traitement est agrandie et un service hospitalier de 16 lits ainsi que des cliniques de pédopsychiatrie, de gériatrie, de bien-être familial et de toxicomanie y sont ajoutés. Ainsi, l’HGJ rejoint un nombre croissant d’hôpitaux qui prennent en charge les soins des patients plutôt que de les interner dans des institutions psychiatriques. Le Dr Epstein instaure également des programmes de psychiatrie communautaire en faisant appel à des établissements d’enseignement et à des institutions comme le YM‑YWHA, l’Institut Baron de Hirsch, les Services professionnels juifs et le Maimonides Hospital and Home for the Aged (comme il s’appelait à l’époque). De plus, le Service obtient son affiliation à l’Université McGill.

1964 à 1966 : Élargissement majeur des activités cliniques : une gamme de services pour les patients hospitalisés et les patients en traitement de jour ainsi que des activités d’enseignement et de recherche sont ajoutées.

1967 : Le Dr Kravitz devient chef du Service de psychiatrie. Sous la direction du Dr Ronald Feldman, le directeur fondateur, le Programme de pédopsychiatrie est lancé. Il comprend une unité d’hospitalisation de sept lits, un hôpital de jour pour 15 enfants et une clinique externe.

Juin 1969 : Ouverture de l’Institut de psychiatrie communautaire et familiale (IPCF) dans un édifice nouvellement construit au coin du chemin de la Côte-Sainte-Catherine et de la rue Légaré.

En 1995, le président du conseil d’administration de l’HGJ Steven Cummings coupe le ruban pour marquer l’ouverture de l’établissement psychiatrique nouvellement agrandi et rénové. Se joignent à lui (de gauche à droite) le psychiatre Dr Khalil Geagea; le directeur général Henri Elbaz; un membre non identifié du personnel; ainsi que le Dr Philip Beck, chef du Service de psychiatrie.

En 1995, le président du conseil d’administration de l’HGJ Steven Cummings coupe le ruban pour marquer l’ouverture de l’établissement psychiatrique nouvellement agrandi et rénové. Se joignent à lui (de gauche à droite) le psychiatre Dr Khalil Geagea; le directeur général Henri Elbaz; un membre non identifié du personnel; ainsi que le Dr Philip Beck, chef du Service de psychiatrie.

1969 : Dans le bâtiment principal de l’HGJ, les traitements prodigués dans une unité d’hospitalisation de 33 lits sont fondés sur l’approche du Dr Kravitz qui consiste à soigner les patients dans leur ensemble sans se limiter à leurs symptômes et à leurs maladies. L’Unité de pédopsychiatrie pour les patients hospitalisés ferme et l’hôpital de jour est agrandi pour recevoir de 40 à 50 enfants, âgés de 2 à 12 ans, en plus de proposer une plus grande clinique externe pour les enfants.

1971 : En plus de soigner les patients adultes hospitalisés, l’IPCF se dote d’un centre de jour pour accueillir les patients externes en grande détresse n’ayant pas accès à des lits d’hôpitaux.

1973 : Ouverture du centre de traitement des dysfonctions sexuelles, des services externes aux adultes et des services aux jeunes dans le Service de psychiatrie.

1977 : AMI-Québec, un organisme sans but lucratif qui aide les familles à gérer les effets de la maladie mentale, tient sa première réunion dans l’auditorium de l’IPCF et entame ainsi une relation de plusieurs décennies avec l’Institut.

1985 : Ouverture de la clinique de soins continus pour le traitement de la schizophrénie.

1988 : Nomination du Dr Philip Beck à titre de chef du Service de psychiatrie.

Centre de développement de l’enfance et de la santé mentale du pavillon Ruth et Saul Kaplan de l’HGJ.

Centre de développement de l’enfance et de la santé mentale du pavillon Ruth et Saul Kaplan de l’HGJ.

1991 : Le Programme de formation en thérapie du couple et de la famille, sous la direction du Dr Feldman, est accrédité comme programme de formation postuniversitaire par l’American Association for Marriage and Family Therapy.

1995 : Agrandissement et rénovation de l’unité d’hospitalisation en psychiatrie.

1999 : Nomination du Dr Michael Bond à titre de chef du Service de psychiatrie.

2010 : Ouverture du pavillon Ruth et Saul Kaplan sur le chemin de la Côte-Sainte-Catherine. Tous les services de pédopsychiatrie sont alors regroupés au sein du Centre de développement de l’enfance et de la santé mentale de l’HGJ.

Salle pour les exercices et les réunions dans les locaux nouvellement rénovés du Programme de traitement de jour en psychiatrie adulte au 6e étage du pavillon B.

Salle pour les exercices et les réunions dans les locaux nouvellement rénovés du Programme de traitement de jour en psychiatrie adulte au 6e étage du pavillon B.

2013 : Création de la première bourse d’études en thérapie familiale au département de psychiatrie de McGill sous la direction des Dre Sharon Bond, Dr Feldman et Dre Jaswant Guzder.

2014 : Nomination du Dr Karl Looper à titre de chef du Service de psychiatrie.

2018 : Ouverture du Centre de ressources et d’information dans l’entrée principale de l’IPCF.

2019 : Lancement du Programme de traitement de jour en psychiatrie adulte dans les locaux nouvellement rénovés du pavillon B et célébration du 50e anniversaire de l’IPCF.

Previous article

Soigner le patient psychiatrique dans son ensemble

Next article

L’HGJ reconnu pour son engagement à éliminer les examens et les traitements inutiles

No Comment

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *