85e anniversaire - ArchivesJuillet 2019

De nos archives: Le Centre de bien-être de L’espoir, c’est la vie HGJ prend son envol tout comme les papillons

Les papillons, le symbole réjouissant de L’espoir, c’est la vie, ont pris leur envol par dizaines, le 3 juillet 2007, lors de la cérémonie d’inauguration du Centre de bien-être de L’espoir, c’est la vie HGJ (maintenant connu sous le nom du « Centre de bien-être pour le cancer de l’Espoir, c’est la vie »). Cet événement marquait le début d’une nouvelle aire de soutien offert aux patients qui se rétablissent d’un cancer.

Ce jour-là, chaque membre de l’assistance avait reçu une petite boîte contenant un monarque orange et noir, transporté au Centre dans un camion réfrigéré. En ouvrant les boîtes, l’air chaud a ranimé les papillons qui se sont mis à battre de l’aile sous la grande tente dressée sur la pelouse du Centre de bien-être au 4635, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, à l’ouest de l’Hôpital.

Le Centre occupe un duplex de deux étages. L’immeuble a fait l’objet de rénovations considérables pour que les personnes atteintes de cancer et leurs proches participent à des programmes axés sur la reprise d’activités normales à la suite de traumatismes dus au cancer.

Divers programmes contribuent à leur rétablissement, dont l’exercice (dans une salle de gymnastique), la nutrition (dans une cuisine de démonstration), les mécanismes d’adaptation, l’art et l’artisanat, et divers groupes de soutien. Ces programmes sont ouverts à tous les survivants du cancer de la région de Montréal, même s’ils ne sont pas traités à l’Hôpital général juif.

Sheila Kussner, fondatrice de L’espoir, c’est la vie, s’est dite « très fière et très émue » d’avoir fondé l’organisme, qui a donné naissance au premier centre de bien-être de Montréal. « Dès le départ, notre passion et notre détermination ont défini notre action », a-t-elle rappelé, en ajoutant que les attitudes de la société avaient considérablement évolué depuis l’époque où, « il y a moins de 30 ans, on n’osait à peine chuchoter le mot “cancer” ».

Quant à la principale bienfaitrice, Joey Adler, elle a qualifié le Centre de bien-être de « petit diamant de notre communauté », car il porte à un nouvel échelon la notion de soutien et de respect de la personne. « Les souffrances dues au cancer sont suffisamment pénibles, a-t-elle dit, et la maladie est d’autant plus intenable lorsque s’y ajoute le manque de dignité. »

Les rénovations ont été réalisées avec l’important soutien de la famille de Joey Adler et de la société Diesel clothing, qui ont affectueusement dénommé le Centre Chez Lou, à la mémoire du défunt mari de Mme Adler.

*****

Le 85e anniversaire de l’Hôpital général juif est l’occasion idéale de jeter un regard sur le passé. En nous souvenant des efforts extraordinaires déployés par les fondateurs, les défenseurs, les membres du personnel et les bénévoles de l’HGJ, nous rendons hommage au patrimoine durable qu’ils nous ont légué.

En 2019, nous publierons chaque semaine dans les Nouvelles HGJ un nouvel article tiré de l’album-souvenir de l’HGJ.

Previous article

De nos archives: Soins de santé et… terre agricole

Next article

De nos archives: De minuscules équipes médicales de l’HGJ tirées à quatre épingles

No Comment

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *