85e anniversaire - ArchivesOctobre 2019

L’espoir, c’est la vie offre un appui essentiel aux patients atteints de cancer.

L’organisme L’espoir, c’est la vie a été lancé en 1981, sous les auspices de l’organisation des Auxiliaires de l’HGJ, afin de permettre à des bénévoles spécialement formés (la plupart survivants du cancer) d’appuyer et de prodiguer des conseils aux patients atteints de cancer et à leur famille.

Très rapidement, L’espoir, c’est la vie est devenu un organisme indépendant (mais encore étroitement lié à l’HGJ) et un chef de file mondial en matière d’aide psychosociale aux patients atteints de cancer et à leur famille.

Lors de la cérémonie organisée en son honneur, en 2014, Sheila Kussner remercie ses collègues et ses amis de leurs applaudissements et de leur appréciation.

Lors de la cérémonie organisée en son honneur, en 2014, Sheila Kussner remercie ses collègues et ses amis de leurs applaudissements et de leur appréciation.

Rappelons que Sheila Kussner, qui a mené une lutte douloureuse contre le cancer durant son adolescence, était convaincue que les patients et leur famille avaient absolument besoin de soutien affectif et psychologique, ainsi que d’informations pratiques et fiables sur leur maladie.

Elle a donc créé L’espoir, c’est la vie à l’HGJ, après avoir persuadé les sceptiques que des bénévoles, ayant déjà vécu l’expérience du cancer, pouvaient apporter une aide précieuse aux patients.

Elle a également constitué une équipe de professionnels dévoués pour faire de L’espoir, c’est la vie un pionnier international en matière d’aide psychosociale durant les traitements et le rétablissement des patients atteints de cancer.

En outre, elle est devenue la force motrice de la création du Centre de bien-être de L’espoir, c’est la vie (également désigné « Chez Lou »), qui a ouvert ses portes en 2007. On lui doit aussi la création de la chaire de recherche Christine et Herschel Victor – L’espoir, c’est la vie en oncologie psychosociale de l’Université McGill.

L’espoir, c’est la vie a largement contribué à provoquer une révolution des mentalités et des approches thérapeutiques en soulignant la nécessité d’accorder plus d’importance aux besoins affectifs, psychologiques et spirituels des patients alors qu’ils établissent des liens étroits avec les bénévoles. Mme Kussner avait également prévu l’importance qu’allait prendre l’approche multidisciplinaire en matière de soins, fondée sur le travail d’équipe et centrée sur le patient.

En reconnaissance de ses réalisations, Mme Kussner a reçu de nombreuses distinctions. Elle a été nommée officière de l’Ordre du Canada, officière de l’Ordre du Québec et gouverneure émérite de l’Université McGill, qui lui a également décerné un doctorat en droit LL.D. (honoris causa).

En 1995, l’Hôpital général juif lui a remis la plus haute distinction de l’HGJ, le Prix de service exceptionnel et, en novembre 2010, elle a reçu un doctorat honoris causa de la Faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal, en témoignage de sa grande influence sur les soins de santé.

*****

Le 85e anniversaire de l’Hôpital général juif est l’occasion idéale de jeter un regard sur le passé. En nous souvenant des efforts extraordinaires déployés par les fondateurs, les défenseurs, les membres du personnel et les bénévoles de l’HGJ, nous rendons hommage au patrimoine durable qu’ils nous ont légué.

En 2019, nous publierons chaque semaine dans les Nouvelles HGJ un nouvel article tiré de l’album-souvenir de l’HGJ.

Previous article

De nos archives: L’Hôpital ouvre ses portes

Next article

Distinction internationale pour le Dr Apostolos Papageorgiou

No Comment

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *