Événements marquantsSeptembre 2022

À la mémoire d’Archie Deskin

Il a guidé l’HGJ pendant une période de croissance spectaculaire, à titre de directeur général de 1975 à 1991

C’est avec une grande tristesse que l’Hôpital général juif a annoncé aujourd’hui le décès le 5 septembre d’Archie Deskin, âgé de 95 ans, un homme qui a été d’un apport important pour guider l’entrée de l’Hôpital dans l’ère moderne lorsqu’il était directeur général de 1975 à 1991.

Monsieur Deskin s’est également distingué dans son rôle de dirigeant auprès des personnes âgées, lorsqu’il était président du Centre gériatrique Maimonides et directeur général de l’établissement prédécesseur de ce Centre.

Une croissance et une expansion spectaculaires ont été les éléments distinctifs du mandat de Monsieur Deskin comme directeur général de l’HGJ et, au sens plus large, l’ensemble de sa carrière à l’Hôpital.

Peu de temps après avoir été nommé directeur général de l’HGJ, en 1975, Archie Deskin a accordé une entrevue à la publication Nouvelles HGJ, et décrit les défis qu’il devait relever. (Cliquez sur la photo pour l’agrandir.)

Peu de temps après avoir été nommé directeur général de l’HGJ, en 1975, Archie Deskin a accordé une entrevue à la publication Nouvelles HGJ, et décrit les défis qu’il devait relever. (Cliquez sur la photo pour l’agrandir.)

En fait, il a souvent déclaré que l’une de ses réussites les plus éclatantes avait été de diriger un projet de rénovation et d’expansion de 21 millions de dollars au cours des années 1960, lorsqu’il occupait le poste prestigieux d’adjoint à l’administration de l’Hôpital. Ce projet a notamment donné lieu à la construction de l’Institut Lady Davis et de l’Institut de psychiatrie communautaire et familiale.

Parmi les faits saillants de son mandat comme directeur général, soulignons le lancement de l’Unité de soins intensifs néonatals, la création de la Division de médecine gériatrique, la fondation de l’organisme l’Espoir, c’est la vie, l’ouverture du pavillon E et la désignation de l’HGJ comme hôpital d’enseignement de l’université McGill.

Le mandat de Monsieur Deskin a également été marqué par l’incertitude économique et d’importantes difficultés budgétaires, qu’il a aidé l’HGJ à gérer, permettant ainsi à l’Hôpital d’en ressortir plus fort que jamais.

À l’automne 1975, dans le cadre d’une entrevue accordée à la publication Nouvelles HGJ, immédiatement après avoir été nommé directeur général, il a déclaré qu’il considérait que sa principale obligation était de veiller à ce que « les soins aux patients soient prodigués de manière compatissante, avec attention et empreints d’un réel désir de maintenir la dignité humaine et l’estime de soi ».

« [J’aimerais également] fournir à tous les employés un environnement satisfaisant, offrant des possibilités de croissance et de perfectionnement, et surtout propice à la prestation de soins attentionnés à nos patients. »

Né à Montréal, Monsieur Deskin a suivi l’exemple de son père, Nathan Deskin, en consacrant sa vie à combler les besoins de la communauté juive et du public. En effet, au cours des années 1930, Nathan Deskin a occupé le poste de président de la résidence Montreal Hebrew Old People’s and Sheltering Home (prédécesseur du Centre gériatrique Maimonides) et celui de directeur général, de 1940 à 1957.

Archie Deskin a lancé sa carrière en 1953, en entrant au service de ce Centre à titre de directeur général adjoint, avant d’occuper le poste de directeur général, de 1957 à 1960. Parallèlement, il a poursuivi ses études postsecondaires, et obtenu un baccalauréat de l’université Sir George Williams, en 1957 et une maîtrise en administration hospitalière de l’Institut supérieur d’administration hospitalière, en 1960.

Archie Deskin

Archie Deskin

À l’HGJ, Monsieur Deskin a été nommé au poste d’adjoint à l’administration en 1960, de sous-directeur général en 1968, de directeur général adjoint en 1971, et de directeur général en 1975.

En 1993, le Service des soins infirmiers a créé la bourse d’études Archie Deskin, en reconnaissance de son apport à l’Hôpital et de son engagement envers l’enseignement supérieur. Cette bourse est attribuée chaque année à une infirmière ou à un infirmier dynamique qui souhaite perfectionner ses compétences en leadership par le biais d’études supérieures.

Après son départ à la retraite, Monsieur Deskin a continué d’aider l’Hôpital à titre de conseiller et à porter attention au Centre gériatrique Maimonides, où il a été président du conseil d’administration, de 2003 à 2006.

« Archie était un gentleman, un vrai prince, tellement humble et terre-à-terre », a déclaré Henri Elbaz, qui a succédé à Monsieur Deskin à titre de directeur général de l’HGJ.

Dans un message publié sur le site web du salon funéraire Paperman & Sons, Monsieur Elbaz note : « Nous avons collaboré étroitement pendant 15 ans, jusqu’à son départ à la retraite. Il a tant fait pour l’Hôpital et la communauté. Nous lui devons une dette de gratitude ».

Barbra Gold, qui a pris sa retraite en 2021 de son poste de directrice du programme de Soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA), a également collaboré étroitement avec Monsieur Deskin, à l’HGJ et au Centre gériatrique Maimonides, dit qu’elle le considère comme un mentor.

Elle ajoute que la perspicacité de Monsieur Deskin a été inestimable pour le Centre gériatrique Maimonides, particulièrement en raison des liens de longue date de sa famille avec ce Centre. Ces antécédents ont été d’un apport important pour la modernisation de cet établissement, qui exigeait d’actualiser les installations et de consolider les relations avec le gouvernement.

En 1992, peu de temps après son départ à la retraite, Monsieur Deskin s’est penché sur sa carrière à l’HGJ et déclaré à la publication Nouvelles HGJ que les pressions de son travail avaient été non seulement gérables, mais en définitive gratifiantes, grâce « à notre superbe famille hospitalière.  C’est cet effort collaboratif qui a mené l’Hôpital à sa situation actuelle ».

Previous article

Il est urgent d’améliorer les services offerts aux réfugiés ukrainiens, déclarent les médecins dans un article de journal

Next article

Un infirmier scientifique de l’HGJ reçoit la Médaille d’or du gouverneur général