Événements marquantsFévrier 2024

À la mémoire de Stanley K. Plotnick

L’ancien président de l’HGJ salué comme étant un modèle de leadership dynamique

Le personnel et les membres de la direction de l’HGJ sont attristés par le décès de Stanley K. Plotnick, dont le leadership dynamique à titre de président du conseil d’administration, de 2003 à 2005, a joué un rôle important pour ouvrir la voie à la croissance et au développement soutenus de l’Hôpital au 21e siècle.

Monsieur Plotnick, qui est décédé le 19 février à l’âge de 82 ans, a infusé son rôle de président du conseil d’administration de la discipline et de la sensibilité d’un chef d’entreprise, associés au souci du détail et à la détermination soutenue de motiver les autres à donner le meilleur d’eux-mêmes.

Stanley K. Plotnick au Centre du cancer Segal.

Stanley K. Plotnick au Centre du cancer Segal.

En même temps, sa compassion et sa chaleur humaine étaient évidentes lorsqu’il circulait dans les couloirs de l’Hôpital, et ne ratait jamais une occasion de converser avec les patient(e)s au sujet de leur expérience ou de s’enquérir auprès des membres du personnel des avantages et des défis de leur travail.

Cette énergie inlassable a été essentielle à la réussite de nombreux projets qui se sont concrétisés pendant le mandat de Monsieur Plotnick, y compris la construction du Centre du cancer Segal, l’acquisition d’un scanneur de TEP/CT (l’un de seulement deux à Montréal à cette époque), et l’achat d’une propriété avoisinante qui est devenu le site des pavillons K et H.

« Stan était sensationnel – un leader entre les leaders », a déclaré l’ancien directeur général de l’hôpital, Henri Elbaz, qui a collaboré étroitement avec Monsieur Plotnick tout au long de sa présidence. « Il prenait ses responsabilités à cœur, parce qu’il était un homme de devoir et de valeurs, un perfectionniste qui portait attention à chaque détail. »

« À la fin de son mandat comme président, nous sommes restés en contact, c’est la raison pour laquelle sa disparition me touche tellement. L’Hôpital a eu beaucoup de chance d’avoir eu une personne aussi formidable qui veillait à ses intérêts. »

« Stan était méticuleux, stratégique et motivé », se souvient Jonathan Wener, le prédécesseur de Monsieur Plotnick au poste de président du conseil d’administration. « S’il s’engageait dans un projet, il le menait à bien, du début à la fin avec une énergie incroyable. C’est une grande perte pour la communauté ainsi que pour sa famille et les amis qu’il a serrés dans ses bras tout au long de sa vie. »

« C’était une personne superbe et une source de fierté pour l’Hôpital », ajoute Bernard Stotland, président de l’HGJ de 2009 à 2011. « Dynamique, précis, énergique, sont les trois mots qui me viennent immédiatement à l’esprit. »

Monsieur Plotnick était diplômé de l’université McGill et de la Sloan School of Management du Massachusetts Institute of Technology. Pendant son mandat comme président de l’HGJ il était semi-retraité après avoir vendu son entreprise montréalaise de conception, de développement, d’importation et de distribution de produits électroniques au grand public, AVS Technologies Inc.

Lors d’une réunion à l’HGJ en 2004, Stanley K. Plotnick (au centre) et le directeur général de l’Hôpital Henri Elbaz (à droite) lors d’une rencontre avec le ministre de la Santé et des Services sociaux Philippe Couillard, qui avait pris l’engagement au nom du gouvernement du Québec de contribuer à la construction de ce qui serait connu sous le nom de Centre du cancer Segal.

Lors d’une réunion à l’HGJ en 2004, Stanley K. Plotnick (au centre) et le directeur général de l’Hôpital Henri Elbaz (à droite) lors d’une rencontre avec le ministre de la Santé et des Services sociaux Philippe Couillard, qui avait pris l’engagement au nom du gouvernement du Québec de contribuer à la construction de ce qui serait connu sous le nom de Centre du cancer Segal.

Selon les renseignements indiqués sur le site Web de l’entreprise funéraire Paperman & Fils, Monsieur Plotnick a également été président de l’Académie Solomon Schechter, du Centre Bronfman de l’éducation juive, de la Fédération CJA et des Fédérations juives du Canada-UIA.

Il a également présidé plusieurs organisations, y compris les chapitres montréalais et nationaux de la Marche des vivants (qui organise la visite des sites de l’Holocauste en Europe), et il a été membre des comités exécutifs de nombreuses organisations internationales, notamment Keren Hayesod, qui représente la plupart des communautés juives du monde.

Parmi les honneurs conférés à Monsieur Plotnick soulignons le Prix de service exceptionnel de l’HGJ, le Prix du leadership exceptionnel et la Médaille Samuel Bronfman de la Fédération CJA, le Prix pour l’ensemble des réalisations du Fonds national juif, le Prix Outstanding Montrealer Award d’Israel Bonds, et la médaille du Jubilé de diamant de Sa Majesté la reine Elizabeth II.

En 2005, lorsque Monsieur Plotnick parlait de son mandat de président, lors d’une entrevue accordée aux Nouvelles HGJ, il a déclaré qu’une image puissante lui était venue à l’esprit : il se souvenait être arrivé à l’Hôpital à 7 h pour une réunion, et d’avoir vu les médecins sortir de leur voiture. Plus tard ce soir-là, il est revenu à l’HGJ pour une autre réunion et a remarqué que les mêmes voitures étaient encore dans le terrain de stationnement.  

« Une telle chose, la preuve qu’un médecin a travaillé du lever au coucher du soleil, souligne combien de sacrifices notre personnel médical, les infirmier(ère)s, les autres professionnels et les membres de l’administration font tous les jours pour nos patients. »

Il dit que son seul regret, a été la limite du temps qu’il a pu passer à la tête de l’Hôpital. « Vous pouvez commencer à faire bouger les choses, mais tout ne peut pas être fait en deux ans », explique-t-il. « Plusieurs décisions sont complexes et doivent être étudiées sous différents angles. En affaires, deux ans représentent beaucoup de temps; dans les soins de santé, c’est court. »

Plus, tard, Monsieur Plotnick a dit qu’il était reconnaissant d’avoir reçu le Prix de service exceptionnel de l’Hôpital en 2007. « Dans certaines organisations, lorsque votre mandate prend fin, vous passez aux oubliettes. Mais on ne disparait pas de l’Hôpital général juif. Ici, les liens restent solides. Je suis extrêmement fier de faire partie de cette merveilleuse continuité et de cette tradition. »

L’HGJ, présente ses condoléances les plus sincères à Barbara, l’épouse de Monsieur Plotnick, et à leurs enfants, petits-enfants ainsi qu’à l’ensemble de leur famille.

Previous article

La compassion et la patience des bénévoles soutiennent les jeunes du Programme de pédopsychiatrie

Next article

La Dre Roberta Shear nommée cheffe du Département d’obstétrique et gynécologie