La recherche à l'Institut Lady DavisMai 2020

Besoin de compétences en matière de littératie liée à l’information sur la santé

Bien avant la pandémie du coronavirus (COVID-19), des étudiants aux études supérieures, supervisés par le Dr Pierre Pluye au Département de médecine familiale de l’Université McGill, travaillaient sur un site Web pour aider les gens à départager un grand nombre d’informations médicales inexactes et carrément fausses qui alourdissent l’Internet pour consulter des sites qui sont dignes de confiance.

« Nous avions imaginé la façon dont notre travail serait utile dans cette ère de fausses informations qui circulent sur les médias sociaux et une méfiance croissante envers la science et les experts », a déclaré Reem El Sherif, candidate au doctorat en recherche dans le domaine de la médecine familiale et des soins de santé primaires à l’Université McGill.

Mme El Sherif, dont les recherches ont contribué à l’élaboration du projet, déclare que personne « n’a jamais pu imaginer une situation d’urgence sanitaire comme celle-ci. Cependant, ce n’est pas un hasard si nous avons tout mis en œuvre pour que le site soit prêt au cours des dernières semaines. »

Le site Web qu’ils ont conçu se nomme Aide informationnelle en ligne sur la santé (AILeS), une ressource bilingue qui apprend aux gens à effectuer de meilleures recherches, à évaluer la fiabilité des sites et à utiliser efficacement les informations.

Le site AILeS comprend des conseils de base pour évaluer la légitimité d’un site Web :

  • La source d’information doit être précisée clairement;
  • Assurez-vous que l’information est fondée sur des données probantes;
  • Assurez-vous que le processus de rédaction est transparent et que des références sont fournies;
  • Déterminez l’objectif du site et méfiez-vous de ceux qui tentent de vendre quelque chose;
  • Assurez-vous que l’information est à jour.

« Il n’y a aucune restriction sur qui peut produire et partager l’information sur la santé en ligne, alors c’est notre responsabilité, à chacun d’entre nous, d’examiner les sources de ce que nous lisons, une compétence que notre site Web vous aide à développer », a déclaré madame Vera Granikov, candidate au doctorat à l’École des sciences de l’information, bibliothécaire en santé et force motrice du site Web.

Elle a aussi fourni une mise en garde sur le partage d’informations entre les réseaux sociaux. Bien que les gens puissent être bien intentionnés, certaines informations qui circulent présentement sur la COVID-19 ne sont pas exactes, ne reposent pas sur des faits et sont possiblement très dangereuses.

Alors que nous nous engageons dans la consommation et le partage d’informations sur la santé en ligne, c’est notre responsabilité individuelle et collective d’acquérir des compétences en matière de santé afin de trouver, de comprendre, d’évaluer et de communiquer de l’information fiable.

Il y a encore beaucoup de travail à faire pour communiquer la science aux non-professionnels, a reconnu El Sherif. « Il y a un mouvement grandissant dans le domaine de la recherche sur la santé qui vise à combler l’écart entre les résultats de la recherche et leur application dans la pratique, par les professionnels de la santé ou les patients et le public. »

« Notre site Web est une contribution à cette application des connaissances. Par exemple, nous identifions les ressources permettant d’aider les gens à circonscrire les termes de recherche. »

Mme Granikov a ajouté : « Il est particulièrement important aujourd’hui, dans le contexte de la pandémie de COVID-19. La propagation rapide du virus est reflétée par une propagation plus rapide de reportages dans les médias sociaux et traditionnels, la qualité et la fiabilité des informations variant grandement. »

Previous article

Le Centre du cancer Segal répond à la pandémie de coronavirus

Next article

Zoom, masques et prières de l’embrasure de la porte : les aumôniers réconfortent les patients pendant la pandémie