Décembre 2020Événements marquants

Départ à la retraite de la Dre Phyllis Zelkowitz, chercheuse chevronnée en psychiatrie

Après avoir consacré plus de 30 ans à la recherche sur la santé mentale reproductive et maternelle, tout en encadrant la communauté de la recherche de l’HGJ, la Dre Phyllis Zelkowitz prend sa retraite.

« Les domaines auxquels je m’intéresse ont considérablement évolué avec les années. J’ai donc pu m’épanouir intellectuellement et élargir mes champs de recherche », explique la Dre  Zelkowitz.

« Je me suis d’abord intéressée aux effets à long terme d’un très faible poids à la naissance sur le développement des enfants. Au fil des ans, l’évolution des traitements et des technologies a permis aux grands prématurés de survivre. »

« La technologie de reproduction assistée a connu des avancées similaires, poursuit-elle. Étant donné les nouveaux traitements, nous nous sommes concentrés sur l’information et le soutien dont les hommes et les femmes ont besoin pour assurer leur santé reproductive et composer avec le stress d’un diagnostic d’infertilité et des traitements connexes. »

La Dre  Zelkowitz a commencé sa carrière comme associée de recherche à l’HGJ en 1989 et elle a exercé les fonctions de directrice de la recherche du Département de psychiatrie et de chef de l’axe de recherche sur les aspects psychosociaux de la maladie à l’Institut Lady Davis (ILD) depuis 2004.

Les travaux de Phyllis Zelkowitz sur la santé mentale périnatale lui ont valu plusieurs distinctions. Les recherches de son équipe ont mené à une découverte sans précédent : l’ocytocine, aussi appelée « hormone de l’amour », pourrait freiner les effets délétères du stress psychosocial, prévenant les symptômes dépressifs chez les femmes qui subissent un stress élevé et induisant un comportement maternel plus sensible.

La vidéo que l’équipe a produite, The Science of Motherhood, a remporté un prix au concours des Instituts de recherche en santé du Canada en 2015.

La Dre Zelkowitz a par ailleurs mis sur pied le réseau de psychiatrie reproductive du Québec, qui regroupe six hôpitaux – dont l’HGJ – offrant des services de santé mentale périnatale.

Ce réseau a joué un rôle clé dans la normalisation des procédures de prise en charge afin de créer une base de données précieuse, où sont consignés les données démographiques et l’historique psychiatrique, en mettant l’accent sur les expériences négatives, les liens post-partum et l’adaptation à la maternité.

Récemment, la Dre Zelkowitz s’est intéressée à la manière dont les hommes vivent l’infertilité, un problème qui, même s’il est largement négligé, cause beaucoup de détresse. Son équipe d’Infotilité a mené une enquête nationale sur les connaissances des hommes en matière de fertilité, concluant à une méconnaissance des facteurs de risque.

Par conséquent, le travail de la Dre Zelkowitz a suscité beaucoup d’intérêt, y compris dans les pages du Time.

« Pendant trop longtemps, l’infertilité a été considérée comme un problème de santé féminine, explique-t-elle, alors que dans bien des cas, c’est l’homme qui reçoit le diagnostic. En proposant cette application, nous espérons faire tomber les préjugés et inciter les hommes à prendre leur santé en main. »

Il y a 14 ans, la Dre Zelkowitz lançait la Journée annuelle de la recherche du Département de psychiatrie de l’HGJ,une initiative qui permet aux chercheurs de présenter leurs travaux à des professionnels de la santé de toute la communauté montréalaise.

Autre preuve de son souci du patient : elle a présidé pendant plus de dix ans le comité d’évaluation scientifique du comité d’éthique de la recherche du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

À l’annonce de la retraite de la Dre Zelkowitz, le Dr Karl Looper, psychiatre en chef de l’HGJ, et le Dr Roderick McInnes, directeur de l’ILD, ont salué celle qui a « fait preuve d’un leadership exceptionnel, prenant sous son aile une génération de chercheurs qui ont fait rayonner sur la scène internationale la recherche en santé mentale à l’Hôpital général juif ».

« J’ai toujours voulu me servir du savoir pour aider les gens, insiste-t-elle. Les effets cliniques potentiels orientent toutes mes réflexions. Voilà pourquoi mon travail scientifique a tant profité de mon association avec l’HGJ. J’ai pu me concentrer sur les patients, qui sont après tous les bénéficiaires de la recherche en santé. »

Previous article

Laurence Kirmayer lauréat de deux prix prestigieux

Next article

Clinique dentaire de l’HGJ renommée en l’honneur du Dr Mervyn Gornitsky