Avril 2016Nouvelles

Des instructions plus claires, plus rapides, plus sécuritaires pour les soins aux patients

Les ordonnances électroniques, prêtes à utiliser et personnalisables

Imaginez que vous êtes médecin et que vous voulez donner des instructions détaillées aux infirmières, aux pharmaciens, aux nutritionnistes et aux autres membres du personnel médical chargés de soigner votre patient. Normalement, vous rempliriez un formulaire à la main, en vous fiant à votre expérience et vos connaissances pour préciser à l’équipe médicale les mesures à mettre en œuvre.

Ça fonctionne, mais le système est quelque peu dépassé.

Ne serait-il pas plus logique – plus rapide, plus précis, plus pratique et, bien souvent, plus sécuritaire pour votre patient – si vous pouviez simplement accéder à un formulaire informatisé dont les ordonnances prédéterminées et fondées sur des données probantes couvrent différents aspects de la maladie pour laquelle le patient est traité ? Tout ce que vous auriez à faire serait de vérifier que les ordonnances sont appropriées et, au besoin, personnaliser certaines d’entre elles pour qu’elles répondent aux besoins de votre patient.

Avec l’implantation des ordonnances électroniques, l’HGJ franchit un très grand pas. Depuis le lancement du projet en novembre au 5Nord-Ouest, le système n’a cessé de s’étendre progressivement dans l’Hôpital et finira par couvrir l’ensemble des unités et des services.

Si cela est approprié, l’initiative sera étendue aux établissements partenaires de l’HGJ au Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre‑Ouest-de-l’Île-de-Montréal (Santé Centre-Ouest Montréal), qui travailleront en collaboration pour élaborer et mettre en place des standards de soins axés sur la sécurité du patient et l’efficience.

Mise à niveau de la technologie grâce à l’appui du secteur privé

Le généreux soutien de la succession Betty Lewis a permis à l’HGJ d’acquérir et d’implanter le système d’ordonnances électroniques. Il s’agit là de la parfaite illustration des effets bénéfiques que peut avoir un legs bien planifié sur les patients d’aujourd’hui et sur ceux des générations futures.   Le soutien du secteur privé s’avère également d’une importance capitale dans la modernisation de l’infrastructure et des systèmes de technologie de l’information de l’Hôpital. C’est ce qui a permis à l’HGJ d’améliorer ses niveaux d’accès, de qualité et de sécurité actuels tout en soutenant le nouveau pavillon K et en assurant une liaison sans faille avec le reste de l’Hôpital.   D’importantes améliorations ont été réalisées, notamment :

  • la construction du nouveau Centre de données Nan et William Lassner agrandi;
  • la mise à niveau du nouveau système de gestion de l’information periopératoire pour les salles d’opération;
  • l’acquisition et la mise en œuvre de services de pharmacie en ligne ainsi que d’applications spécialisées d’imagerie et d’aide à la décision.

Pour obtenir plus d’informations ou pour faire un don, visitez le site de la Fondation de l’HGJ ou composez le 514 340-8251.

Le groupe ayant pour mandat de guider la mise en œuvre du projet est formé de la Dre Elizabeth MacNamara (leader médicale du projet et chef de Médecine diagnostique), Geneviève Beaudoin (clinique), Serge Cloutier (soins infirmiers) et Bob Lapointe (TI).

Geneviève Beaudoin (assise), leader clinique en soins infirmiers, examine une des nouvelles ordonnances électroniques avec (debout, de gauche à droite) Denise Bédard, infirmière-conseil en Chirurgie colorectale et Chirurgie vasculaire; Justine De Monteiro, infirmière-chef par intérim au 5Nord-Ouest; et Kathryn Baldwin, infirmière  clinicienne au 5Nord-Ouest.

Geneviève Beaudoin (assise), leader clinique en soins infirmiers, examine une des nouvelles ordonnances électroniques avec (debout, de gauche à droite) Denise Bédard, infirmière-conseil en Chirurgie colorectale et Chirurgie vasculaire; Justine De Monteiro, infirmière-chef par intérim au 5Nord-Ouest; et Kathryn Baldwin, infirmière clinicienne au 5Nord-Ouest.

Le Dr Lawrence Rosenberg, Président-directeur général de Santé Centre-Ouest Montréal, dit qu’en implantant les ordonnances électroniques, « nous standardisons notre approche aux problèmes communs et en réduisant la variation qui s’insinue parfois dans les soins à nos patients. Le problème avec la variation et le manque d’uniformité est que cela peut nous amener à faire des choses que nous ne devrions peut-être pas faire, ou nous empêcher de faire les choses que nous devrions faire. »

Le Dr Rosenberg ajoute que les ordonnances électroniques « faciliteront la vie des médecins, du personnel infirmier et des professionnels paramédicaux, puisque nous saurons que pour une condition médicale particulière, il existe une approche sur laquelle on s’est entendu, comme l’indique l’ordonnance électronique. Nous n’avons plus à courir à droite et à gauche et à trouver les médecins pour comprendre exactement ce qui doit être fait. »

Le système numérique installé à l’HGJ inclut une base de données comprenant des milliers d’ordonnances électroniques couvrant une vaste gamme d’affections, de maladies et de conditions médicales. Ces données représentent les meilleures pratiques d’un grand nombre d’hôpitaux et autres établissements qui souscrivent au service, et l’information fournie par une multitude de médecins dans toutes les spécialités.

« Les ordonnances électroniques nécessitent la participation des médecins dans tous les domaines et toutes les spécialités de l’ensemble de notre CIUSSS, souligne la Dre MacNamara, qui supervise le projet. Leur avis et leurs connaissances approfondies sont essentiels pour offrir à nos patients les traitements et les soins les meilleurs. En analysant, en validant et en modifiant les formulaires originaux, les médecins ainsi que les infirmières et les professionnels de la santé de l’Hôpital se conforment aux pratiques et procédures qui ont fait leurs preuves et qui donnent les meilleurs résultats à l’HGJ. »

Selon Mme Beaudoin, avec l’implantation d’un système numérique les nouvelles ordonnances s’imprimeront clairement et seront faciles à suivre – une amélioration par rapport aux ordonnances écrites à la main qui peuvent être difficiles à lire ou mal interprétées, et donc une source d’erreurs potentielles. Par ailleurs, ajoute-t-elle, les ordonnances numériques seront continuellement mises à jour pour tenir compte des pratiques les plus récentes et des circonstances qui prévalent à l’HGJ.

Bien que de nombreux hôpitaux et établissements de santé au Canada et en Amérique du Nord aient déjà implanté les ordonnances électroniques, l’HGJ sera le premier à le faire au Québec. « C’est un important pas en avant pour les patients et aussi pour le personnel » affirme la Dre MacNamara.

TD

Previous article

Mise en garde d’un médecin : le recours excessif aux traitements médicaux présenterait des risques

Next article

Le ministre de la Santé inaugure le pavillon K

No Comment

Leave a comment