CIUSSS Centre-Ouest MontréalOctobre 2022

Des soins plus sécuritaires et plus rapides à l’horizon grâce à la refonte des dossiers médicaux

Elliott Silverman jouera un rôle clé au sein de l’Équipe de santé numérique chargé de mettre en œuvre le projet de dossier de santé connecté

Dans un monde idéal, voici comment les choses se passeraient : un patient se présenterait à un CLSC pour un problème de santé, cette personne serait envoyée au Département de l’urgence, puis admise pour une intervention chirurgicale avant d’être transférée à un centre de réadaptation pour se rétablir. Et, dans chacune de ces installations, le dossier médical complet et à jour du patient serait accessible aux membres du personnel soignant.

Nous sommes encore à quelques années de la situation idéale d’accessibilité générale décrite ci-dessus, mais il s’agit d’un objectif qu’Elliott Silverman entend réaliser à la suite de sa nomination récente au poste de directeur adjoint de la Santé numérique au CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

En effet, l’Équipe de Santé numérique entend mettre en place un système de dossier de santé numérique, un terme utilisé habituellement pour un dossier numérique portant sur les activités d’une seule installation, généralement un hôpital.

Le système du CIUSSS est appelé dossier de santé connecté (DSC), puisqu’il englobera tous les établissements de notre réseau, et reliera réellement toutes les étapes du continuum de soins.

Le développement du DSC est considéré comme l’un des projets les plus vastes, les plus complexes et les plus difficiles jamais entrepris par le CIUSSS, mais il s’agit également d’un projet que Monsieur Silverman considère comme essentiel.

« Je suis réellement honoré d’avoir la possibilité de participer à une initiative de cette envergure et de cette importance », dit-il. « Ce projet est essentiel pour fournir à tous les intervenants de la trajectoire du patient un historique médical partagé et accessible facilement partout à l’échelle du CIUSSS. »

« En définitive, il améliorera la sécurité des usagers des soins de santé en éliminant les lacunes et les incohérences entre une installation du CIUSSS et une autre. Il réduira le potentiel d’erreurs, et nous nous attendons à ce que le niveau d’efficacité augmente. »

« Je suis réellement honoré d’avoir la possibilité de participer à une initiative de cette envergure et de cette importance. »

Actuellement, explique Monsieur Silverman, nous devons composer avec différents systèmes de logiciels cliniques en place dans l’ensemble du CIUSSS, ayant chacun leurs propres capacités spécialisées. « Cela signifie qu’un clinicien doit se connecter à chacun d’eux et les gérer séparément. »

« En revanche, le dossier de santé connecté sera autonome et intégré à une plateforme unique. Ainsi, avec une seule connexion, les membres du personnel auront accès à tout ce dont ils ont besoin, quel que soit l’endroit où ils se trouvent. »

La difficulté ne réside pas uniquement dans le retrait progressif des anciens systèmes et la mise en œuvre du nouveau, bien qu’en soi, il s’agisse d’une exécution majeure. Selon Monsieur Silverman, il sera essentiel de préparer correctement les membres du personnel en vue de la transition à long terme, et de leur fournir une formation exhaustive. Il faudra aussi tenir compte du point de vue des patients et des usagers.

Pour Monsieur Silverman, cela signifie qu’il devra faire appel aux différentes compétences qu’il a acquises et peaufinées dans d’autres champs d’activités que les soins de santé.

Après avoir obtenu un diplôme en informatique de l’université McGill à la fin des années 1991, Monsieur Silverman a d’abord travaillé comme développeur de logiciels et participé à la création d’une application de calendrier pour l’ancien navigateur Netscape. Par la suite, il a travaillé pendant huit ans sur des simulateurs de contrôle du trafic aérien à Montréal, où il est passé du développement de logiciels à la gestion de projets.

Également à Montréal, il a consacré quatre ans à l’avionique (l’aspect électronique de l’aviation) au sein d’une équipe qui développait des systèmes de gestion de vol pour les postes de pilotage. Par la suite, il a travaillé au sein de l’industrie ferroviaire, à titre de chef de projet pour les systèmes de caméras en circuit fermé et les systèmes d’information des passagers.

Enfin, en 2012, Monsieur Silverman s’est intéressé au domaine des soins de santé et est entré au service de l’HGJ, comme gestionnaire de projet en changement transformationnel. Trois ans plus tard, lors de la création du CIUSSS, il a été nommé directeur de la Logistique.

Bien que Monsieur Silverman consacrera une part croissante de son temps au dossier de santé connecté, il participera également à d’autres aspects de la santé numérique. Il s’agit notamment de la télésanté, de l’Internet des objets (l’interconnexion par le biais d’Internet des dispositifs informatiques intégrés à des objets du quotidien), de l’établissement d’un bureau de gestion de projet, et du développement d’un centre de soutien à la santé numérique, qui permettra initialement d’appuyer le personnel et par la suite, les usagers des soins de santé.

En outre, il envisage avec plaisir de se pencher sur la science des données, qui utilisera les données les plus récentes au sujet des usagers pour aider à prédire où les besoins se manifesteront probablement.

Différents outils sont mis en œuvre afin d’aider la nouvelle Équipe de science des données, notamment une plateforme logicielle israélienne novatrice appelée MD Clone, capable de créer des données synthétiques relatives aux soins de santé. Cette capacité facilitera l’accès aux données ainsi que leur analyse, ce qui rehaussera l’amélioration de la qualité et l’innovation au sein du CIUSSS.

Cependant, Monsieur Silverman considère que lui et ses collègues sont des prestataires de services, et c’est également son point vu à titre de Directeur de la Logistique. « Nous sommes ici pour améliorer la vie des patients et faciliter le travail des travailleurs de la santé en leur fournissant des outils, du soutien et des services. »

« En matière de logistique, je voulais que les membres du personnel aient une expérience presque magique, c’est-à-dire qu’ils tendent la main vers une étagère et que les fournitures soient là. S’assurer que les fournitures sont en place exige beaucoup de travail, mais c’est notre problème, pas le leur. Ils ne devraient jamais devoir nous téléphoner pour demander où se trouve une fourniture. »

« J’applique la même philosophie à la santé numérique. Notre rôle est de fournir aux membres du personnel ce dont ils ont besoin pour faire leur travail plus efficacement, qu’il s’agisse du dossier de santé connecté ou d’un autre outil. Moins ils se préoccupent de leurs outils, plus ils peuvent se concentrer sur les besoins des usagers des soins de santé. »

Previous article

Lucie Tremblay et Céline Gélinas nommées Fellows de l’Académie canadienne des sciences infirmières

Next article

Le dossier de santé connecté aidera à prodiguer les bons soins au bon moment et au bon endroit