Avril 2016Nouvelles

Excellent score concernant le congé rapide des patients après une chirurgie du foie

Les patients de l’HGJ qui subissent une résection du foie — l’ablation d’une partie de l’organe touchée par le cancer — sont ceux dont le séjour à l’hôpital est le plus court en Amérique du Nord. Cette information émane d’un rapport présenté par un organisme qui compile des statistiques concernant les interventions chirurgicales réalisées dans des centaines d’hôpitaux canadiens et américains.

L’HGJ aurait un rendement « exemplaire » dans ce domaine, affirme le Dr Tsafrir Vanounou, chirurgien de la Division de chirurgie générale de l’Hôpital. Il ajoute : « Atteindre un tel niveau de qualité est impressionnant. »

Le National Surgical Quality Improvement Program (NSQIP), un programme américain auquel souscrit l’HGJ, rassemble une foule de données détaillées sur de nombreux types de chirurgie réalisés dans des établissements de santé, partout au Canada et aux États-Unis. Pour établir des comparaisons, les données ont été ajustées en tenant compte de nombreuses variables, y compris la taille des établissements et les populations de patients.

Ce programme permet à l’HGJ et à d’autres adhérents au programme de mieux comprendre où ils se situent les uns par rapport aux autres, quels sont leurs domaines d’excellence de même que leurs points faibles. À partir de ces indicateurs, des changements sont apportés, le cas échéant, contribuant ainsi à améliorer la qualité des traitements chirurgicaux et l’expérience patient.

Votre soutien est vital pour l’amélioration des interventions chirurgicales

L’HGJ est l’un des trois seuls hôpitaux au Canada à avoir adopté le Programme national d’amélioration de la chirurgie (NSQIP). Le financement du secteur privé a été et, continue d’être, essentiel pour soutenir la participation de l’Hôpital au NSQIP, notamment en permettant l’établissement d’une solide infrastructure, l’acquisition de technologies et le recrutement du personnel requis.

La création d’un fonds de dotation de 5 M$ s’avèrent particulièrement importante pour fournir une source de financement permanente et stable qui soutiendra les experts en gestion opérationnelle et les coordonnateurs de recherche clinique du NSQIP ainsi que la création et la mise en œuvre d’un programme de formation continue pour le personnel chirurgical de l’HGJ et l’élargissement du programme à toutes les disciplines chirurgicales.

Pour obtenir plus d’informations ou pour faire un don, visitez le site de la Fondation de l’HGJ ou téléphonez au 514 340-8251.

Selon le Dr Vanounou, la durée moyenne d’un séjour à l’HGJ pour une résection majeure du foie — à compter de l’opération jusqu’au congé hospitalier — est de quatre à cinq jours. Toutefois, la période de suivi du NSQIP est plus longue, commençant le jour de l’admission du patient à l’hôpital et se terminant le 30e jour suivant son congé. Le programme suit également les patients transférés de la Chirurgie à d’autres services, comme les Soins intensifs.

« Je suis en faveur de donner rapidement congé au patient, poursuit le Dr Vanounou, mais quel est l’avantage si nous devons le réadmettre à l’hôpital peu après l’opération? Notre score élevé signifie que, non seulement les opérations se déroulent bien, mais que le nombre de réadmissions est faible. Ces statistiques indiquent aussi que l’on a réduit au minimum certaines complications, comme les caillots de sang, les plaies infectées et les cas de pneumonie. »

Il attribue le mérite de cet excellent rendement « à toute l’équipe. Les résultats dépendent du travail de chacun — anesthésistes, personnel infirmier, bref toutes les personnes qui participent à une opération. »

Toujours d’après le Dr Vanounou, les statistiques du NSQIP sont si utiles que l’Hôpital s’est joint à la section des troubles hépatobiliaires de l’organisme pour mesurer le rendement d’un plus grand nombre d’interventions chirurgicales du foie et du pancréas. « Nous croyons que nous faisons du bon travail. Et si tel est le cas, nous voulons pouvoir le prouver. Sinon, nous voulons en comprendre les raisons et trouver comment y remédier. »

Le Dr Vanounou est-il satisfait des statistiques sur les résections du foie? « Très satisfait! s’exclame-t-il. Mais sommes-nous contents de nos résultats? Non. Nous voulons sans cesse faire mieux. Notre objectif est de devenir le meilleur service des maladies du foie et du pancréas à Montréal, au Québec et, si possible, au Canada. »

TD

Previous article

Le pavillon K suscite les éloges des dignitaires invités

Next article

Nouvelle tentative pour comprendre les effets positifs de l’écriture expressive

No Comment

Leave a comment