Articles vedettesJanvier 2024

La compassion et la patience des bénévoles soutiennent les jeunes du Programme de pédopsychiatrie

Plusieurs des jeunes bénévoles à l’HGJ éprouvent le même désir de donner de soi

Presque dès le moment où Alexandra Taverna a été affectée au Programme de pédopsychiatrie à l’HGJ comme bénévole, elle a su qu’elle était au bon endroit quand l’une des élèves, une petite fille de 9 ou 10 ans, s’est approchée d’elle dans la salle de classe et lui a dit avec beaucoup d’enthousiasme : « Assieds-toi à côté de moi, assieds-toi à côté de moi je veux que tu m’aides, je veux que tu m’aides ».

Cette spontanéité et cette chaleur ont rapidement conquis le cœur de Madame Taverna, une bénévole âgée de 22 ans, et renforcé son engagement d’aider dans le cadre du Programme de pédopsychiatrie, malgré la charge de travail exigeante de ses études universitaires.

À cet égard, elle a beaucoup en commun avec le nombre croissant de jeunes bénévoles, à l’HGJ et dans les installations à l’échelle du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, qui réservent du temps dans leur horaire chargé pour donner d’eux-mêmes et aider les autres.

Bien que les enfants au Centre de développement de l’enfance et de la santé mentale à l’HGJ doivent composer avec des difficultés psychologiques ou comportementales, Madame Taverna dit qu’elle est continuellement étonnée par leur volonté de demander de l’aide ou d’être simplement réconfortés par la présence d’un adulte qui les appuie.

« Les enfants absorbent tout ce que vous dites », note-t-elle. « Ils sont attentifs et ils sont intelligents, même si certains d’entre eux pensent qu’ils ne le sont pas. Leur estime d’eux-mêmes est faible, et nous devons continuer à les encourager et à les empêcher de se rabaisser. Ils doivent composer avec tellement d’obstacles qu’ils pensent ne pas pouvoir surmonter. Par conséquent, il est important pour moi d’être présente et de dire : ‘Tu peux y arriver!’ ».

« C’est tellement gratifiant pour nous d’accueillir ces jeunes bénévoles, les étudiant(e)s aujourd’hui, qui pourraient devenir les professionnel(le)s de la santé de demain. »

Environ 55 enfants, âgés de 7 à 12 ans, fréquentent les salles de classe du Centre quatre jours par semaine grâce à la collaboration de parents, d’enseignant(e)s, de thérapeutes, d’infirmier(ère)s et d’autres professionnel(le)s de la santé. Le cinquième jour de la semaine, les enfants retournent à leur école habituelle. L’objectif est qu’un jour ils puissent y retourner à temps plein.

« C’est tellement gratifiant pour nous d’accueillir ces jeunes bénévoles, les étudiant(e)s aujourd’hui, qui pourraient devenir les professionnel(le)s de la santé de demain », souligne Marko Obradovic, chef des Services de bénévolat au CIUSSS.

« Nous accordons une grande attention aux besoins et aux aspirations de ces bénévoles, et sommes heureux de leur ouvrir la porte des services de soins de santé pendant qu’ils réfléchissent à leur choix de carrière. C’est un privilège pour nous de pouvoir compter parmi nous des étudiant(e)s aussi talentueux et motivé(e)s, et nous envisageons avec plaisir d’en accueillir d’autres dans nos rangs. »

Un(e) enseignant(e) est toujours présent(e) lorsque Madame Taverna est dans une salle de classe (habituellement pendant trois heures une fois par semaine). « Si un enfant a des questions ou ne comprend pas comment faire quelque chose, je peux lui expliquer les choses d’une manière légèrement différente », dit-elle. « Parfois, les enfants ont simplement besoin d’un peu plus de temps pour comprendre l’information, et je les aide à le faire. »

Elle ajoute que l’objectif est d’amener les enfants à s’asseoir tranquillement, à faire leur travail scolaire et à contrôler leurs émotions en tirant parti des conseils reçus de leur enseignant(e), de Madame Taverna et des autres professionnels du Centre.

Madame Taverna a commencé à faire du bénévolat à l’HGJ en mai, et a travaillé pendant une courte période au sein du Département d’obstétriques et de gynécologie et du Département de pharmacie.

Vous pouvez devenir bénévole!

À titre de bénévole, vous procurerez du réconfort et de l’espoir aux usagers des soins de santé et des services sociaux, tout en aidant à alléger la charge de travail des membres du personnel reconnaissants. De plus, vous ferez appel au meilleur de vous-même!

Pour en savoir plus au sujet du bénévolat à l’HGJ ou dans n’importe quelle autre installation du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, consultez le site ou contactez le Service du bénévolat par courriel.

Pendant l’été, elle a participé au Programme de stage MISSIVE, au Centre gériatrique Maimonides Donald Berman, qui s’adresse aux étudiant(e)s qui envisagent une carrière dans un domaine médical.

À son retour à l’Hôpital, en septembre, elle a été affectée à la Pédopsychiatrie qui est un domaine mieux harmonisé à ses études en psychologie, sociologie et science politique, à l’université McGill. Elle envisage une carrière de psychoéducatrice ou d’adjointe pédagogique auprès des enfants qui ont besoin de plus d’appui.

« Dans le cadre de mes études, le bénévolat me donne un avantage », explique Madame Taverna. « Je veux m’assurer de faire un choix de carrière éclairé, fondé sur ce que j’aime et n’aime pas faire et sur ce que j’ai vu et que j’ai vécu. »

Selon Madame Taverna, le bénévolat a aussi une incidence personnelle et « aide réellement à développer de l’empathie, une chose que plusieurs d’entre nous négligent parfois, particulièrement en raison de nos vies très occupées. Nous courons toujours d’un point A à un point B, et avons tendance à ignorer une grande partie du monde qui se trouve devant nous. »

« Mon travail en Pédopsychiatrie m’a aussi amené à apprécier davantage les jalons moins évidents de la vie, comme un enfant qui reste assis pendant plus de cinq minutes, qui termine une page de travail scolaire, fait une pause et termine une autre page. »

« Pour moi, passer du temps avec ces enfants est une grande source de joie. Même s’ils sont confrontés à un certain nombre de difficultés qu’ils s’efforcent de surmonter, c’est gratifiant de les entendre exprimer un désir sincère de réussir ce qu’ils font et de s’attaquer à la prochaine étape importante. »

Previous article

L’HGJ est le premier hôpital au Québec à utiliser l’imagerie ultrasonore lors d’une intervention chirurgicale vasculaire

Next article

À la mémoire de Stanley K. Plotnick