L’espoir, c’est la viePrintemps 2015

Le Club 70 et + soutient les patients
et les survivants âgés atteints de cancer

À l’ère des traitements oncologiques personnalisés offerts aux patients selon leur groupe d’âge et leur type de tumeurs, le soutien psychosocial en oncologie adopte, à son tour, une approche spécialisée analogue. Après avoir élargi ses programmes d’aide aux jeunes adultes et aux parents de jeunes enfants, L’espoir, c’est la vie vient de lancer le Club des 70 ans et + pour les aînés atteints d’un cancer.

« Se retrouver avec des personnes du même âge qui comprennent ce que l’on ressent et comment le cancer nous affecte à ce stade de la vie est réconfortant », explique Marcel Desrosiers, 74 ans, après une séance d’exercices du Club au Centre de bien-être de L’espoir, c’est la vie (Chez Lou). « Mis à part le cancer, nous avons d’autres préoccupations dont nous pouvons discuter, comme le nombre d’années qu’il nous reste à vivre après avoir recouvré la santé. »

M. Desrosiers, dont le traitement du cancer de la prostate prend fin en décembre, sait gré au Club d’offrir à ses membres la possibilité d’aborder les sujets de leur choix durant les périodes de discussion. « Nous suggérons les thèmes importants pour nous afin de partager nos expériences et d’expliquer ce que nous ressentons. »

Hena Kon, coordonnatrice des communications de L’espoir, c’est la vie, indique que le Club a entrepris ses activités en novembre dernier comme projet pilote à la suggestion de la Division d’oncologie gériatrique. « Les patients de plus de 70 ans sont généralement plus vulnérables, rappelle-t-elle, et en plus du cancer, ils ont souvent d’autres problèmes médicaux dont il faut tenir compte. Cette approche s’inscrit dans les objectifs de L’espoir, c’est la vie, qui consistent à offrir des programmes à des gens de tout âge et à tous les stades de la maladie. »

Le vendredi matin, les rencontres débutent généralement par des exercices, conformément aux recherches qui ne cessent de révéler l’utilité de l’activité physique pour affronter les exigences et les séquelles des traitements anticancéreux. Cette période est suivie d’une séance d’art thérapie dirigée par Nathalie Leu — « car certaines personnes n’aiment pas s’exprimer verbalement », précise Mme Kon — et par un lunch-causerie animé par Meagan Murphy, stagiaire en travail social.

Selon le kinésithérapeute bénévole, Martin Côté Couillard, qui anime la séance d’exercices, l’objectif n’est pas de s’adonner à la pratique intensive d’activités physiques, mais de faire des mouvements qui font du bien en permettant aux personnes de bouger sans douleur et d’améliorer leur posture et leur équilibre. Par exemple, en position assise, des participants étirent simplement les bras derrière et devant eux et se penchent en fléchissant la taille pour toucher le sol tout en respirant profondément durant la séance.

« Je leur rappelle qu’ils n’ont pas besoin de faire de gros efforts pour tirer profit des bienfaits de l’exercice, ajoute M. Couillard. Les jeunes font habituellement une activité exigeante durant 30 secondes, puis passent à la suivante. Mais dans notre cas, nous bougeons à un rythme beaucoup plus relaxant. »

Pierrette Lamothe, 71 ans, qui se rétablit d’un cancer du sein, raconte qu’elle a appris la valeur de l’exercice après s’être fracturé la cheville droite, il y a deux ans. « Et maintenant, regardez-moi! », dit-elle fièrement en levant la jambe gauche et en se maintenant en équilibre sur le pied droit. « Si je cesse de faire de l’exercice, je commence à avoir mal à la cheville, au genou ou à la hanche. Le Club 70 et + est ma façon de rester en forme. »

Pour obtenir plus d’informations ou pour vous joindre au Club 70 ans et + de L’espoir, c’est la vie, veuillez téléphoner au 514 340-3616. Les conjoints sont également invités à se joindre au Club, car certaines personnes âgées éprouvent de la difficulté à se déplacer par leurs propres moyens.

Previous article

Soyez prêts – Bébé arrive!

Next article

Les bienfaits à long terme
des régimes populaires restent à déterminer

No Comment

Leave a comment