Pleins feuxSeptembre 2021

Le nouveau Centre de commandement numérique joue un rôle clé pour rationaliser l’accès aux soins en santé mentale

Les données en temps opportun du centre nerveux numérique aident à réduire l’engorgement et à accélérer les admissions

Toutes les quatre à six semaines, les intervenants en santé mentale au CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal se préparent à faire face à une ‘avalanche’ en raison du grand nombre de personnes qui se présentent à l’HGJ avec une régularité de métronome pour recevoir des soins psychiatriques ou psychologiques.

Bien que prévu, cet afflux périodique (souvent plus important au Département de l’urgence) grevait jusqu’à récemment les ressources restreintes de l’Hôpital. Mais, en raison de la coordination et de l’appui offert par le nouveau Centre de commandement numérique du CIUSSS depuis son ouverture au début de l’année la réponse peut maintenant être planifiée plus efficacement afin d’atténuer l’incidence des nouveaux arrivants.

Vue élargie du Centre de commandement numérique au deuxième étage du pavillon B à l’HGJ.

Vue élargie du Centre de commandement numérique au deuxième étage du pavillon B à l’HGJ.

Tout aussi important, les personnes qui ont besoin de soins les reçoivent plus rapidement, que ce soit à l’HGJ ou étant redirigés vers une installation possédant le savoir-faire et les ressources nécessaires pour combler le mieux les besoins particuliers de ces personnes.

Mark Demaine, qui coordonne les Services spécialisés du CIUSSS dans le continuum de soins aux adultes en santé mentale, explique que l’HGJ est l’un des nombreux hôpitaux de Montréal ayant accepté de se relayer, chacun pendant une semaine, pour répondre aux besoins en santé mentale des sans-abri de l’ensemble de l’île.

Ainsi, plus ou moins une fois par mois, un grand nombre de personnes qui ont besoin de soins en santé mentale se présentent à l’HGJ. Avant l’ouverture du Centre de commandement numérique, même en prévoyant l’arrivée prochaine de ces personnes le bon déroulement des choses n’était pas garanti, note Monsieur Demaine.

Désormais, cependant, le personnel de l’HGJ peut compter sur le Centre de commandement numérique pour adapter le nombre de membres du personnel plus facilement afin de répondre rapidement à une situation qui change rapidement.

« Le Centre nous permet également de collaborer plus étroitement avec nos partenaires externes », souligne Chloé Décarie-Drolet, adjointe intérimaire au directeur général adjoint du CIUSSS.

« Cela signifie que lorsque nous recevons ces clients, nous pouvons être certains d’être en mesure d’intervenir auprès d’eux ou les rediriger sans devoir les hospitaliser. »

Monsieur Demaine dit que, pour aider les sans-abri, les membres de l’équipe sont également en contact avec Connexion.

Le personnel du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal intervient auprès de personnes susceptibles d’itinérance en les mettant en contact avec les services dont ils ont besoin dans les quartiers qu’elles ont tendance à fréquenter.

De plus, ajoute-t-il, les visites de suivi à l’HGJ de certaines de ces personnes sont maintenant plus rapprochées afin de réduire la probabilité d’une autre visite au Département de l’urgence.

Cet afflux régulier constitue seulement l’un des aspects des différentes activités du Centre de commandement numérique, mais il indique le rôle essentiel que ce Centre joue en matière de santé mentale.

Les nombreux avantages du Centre de commandement numérique 

Outre veiller à ce que les patients reçoivent rapidement des soins en santé mentale, le Centre de commandement numérique a joué un rôle important pour rationaliser le flux de patients hospitalisés à l’échelle de l’Hôpital afin que des lits soient disponibles pour les nouveaux arrivants.

Le Centre de commandement C4 a également été essentiel pour prévenir les retards inutiles dans les congés aux patients, permettant ainsi de libérer des lits de soins aigus pour les personnes qui ont besoin de soins médicaux immédiats.

De plus, le Centre a aidé à simplifier considérablement la vaccination contre la COVID-19 plus tôt cette année, quand le volume des personnes à vacciner était important.

Concentré sur la Communication, la Collaboration et la Créativité

Lancé à la fin de l’année dernière et développé grâce à un soutien financier substantiel de la Fondation de l’HGJ, le Centre de commandement numérique est également surnommé C4, puisque ses activités aident l’Hôpital et le CIUSSS à mieux se Concentrer sur de meilleurs soins par le biais de Communication, de Collaboration et de Créativité.

Le Centre de commandement dispose de grands écrans vidéo montés sur les murs où sont affichées les dernières données sur l’état et la situation des patients, ainsi que sur les autres usagers des soins de santé, à l’HGJ et dans les autres installations du CIUSSS.

De plus, des représentants de plusieurs directions du CIUSSS—Soins infirmiers, Soins de longue durée, Réadaptation et Programme de soutien à l’autonomie des personnes âgées (SAPA), entre autres, sont assis devant des ordinateurs pour suivre avec les gestionnaires le mouvement quotidien des patients.

Le Centre de commandement est situé au deuxième étage du pavillon B à l’HGJ, mais des Centres satellites sont établis selon les besoins ponctuels. Par exemple, un Centre de commandement de la vaccination au CLSC Côte-des-Neiges s’est avéré crucial au bon fonctionnement du processus de vaccination à l’échelle du réseau de la santé.

« Nos priorités les plus urgentes sont de réduire la liste d’attente et d’accroître l’accès aux services »

Le Directorat de santé mentale met actuellement en place ce type de Centre satellite pour faciliter la planification et la gestion de ses programmes, dit Tung Tran, directeur du Programme de santé mentale et dépendance du CIUSSS.

Une fois établi, ce Centre satellite, dont l’emplacement n’a pas encore été déterminé, fournira un portrait détaillé des activités en santé mentale d’après l’information à jour au sujet des programmes du CIUSSS (p. ex. en Gériatrie et en Réadaptation) et de celle disponible au sein de la communauté.

« Nos priorités les plus urgentes sont de réduire la liste d’attente et d’accroître l’accès aux services », précise Monsieur Tran. « Avoir notre propre satellite nous permettra d’être davantage centrés sur le patient et le client en gérant le lieu et la manière dont les soins sont fournis. »

« Le Centre satellite est nécessaire parce que les trajectoires des patients en Psychiatrie diffèrent de celles des autres domaines médicaux », explique le Dr Karl Looper, chef du Département de psychiatrie à l’HGJ. « Nous avons également notre propre réseau d’équipe de soins en santé mentale au sein de l’Hôpital et de la communauté. »

« En général, lorsqu’il y a une accumulation de patients au Département de l’urgence, nous pouvons nous tourner vers le Centre de commandement numérique pour analyser l’ensemble du système plutôt seulement la situation dans ce Département. »

« Le Centre nous guide également vers des solutions qui vont au-delà de l’accès aux services d’urgence ou de l’hospitalisation des patients. Maintenant, nous espérons passer au niveau supérieur de la planification et de la prestation de soins. »

Un afflux soudain dans le Département de l’urgence

Un exemple notable de l’utilité du Centre de commandement numérique a eu lieu en avril, quand le Département de l’urgence a enregistré un afflux soudain de 18 patients ayant besoin de soins pour des problèmes de santé mentale.

Afin de répondre à cette demande, Monsieur Tran et ses collègues ont collaboré avec le Centre de commandement numérique et avec leurs propres équipes pour élaborer un plan d’urgence qui a permis de réduire rapidement le nombre de patients.

Khalid Mekouar, un agent de planification, de programmation et de recherche a joué un rôle clé en veillant à ce qu’une version écrite du plan couvre tous les éléments essentiels requis pour prodiguer les soins adéquats.

La stratégie consistait notamment à libérer des lits à l’HGJ en donnant un congé plus rapidement à certains patients après nous être assurés qu’ils disposaient de l’appui nécessaire à leur domicile.

De plus, les transferts étaient organisés pour les patients qui avaient été transportés à l’Hôpital en ambulance même si ces derniers n’habitaient pas dans la région desservie par le CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

« Il ya une entente implicite entre nous tous selon laquelle le patient est le centre de notre attention. »

Au cours des jours suivants l’implantation du plan, le nombre de patients en santé mentale au Département de l’urgence est passé de 18 à cinq, note Madame Décarie-Drolet.

Depuis, dès qu’il y a plus de dix patients en santé mentale, le plan d’urgence est automatiquement activé, ce qui s’est produit à deux reprises entre le début d’avril et le début du mois de juin.

Monsieur Demaine explique que le Centre de commandement numérique offre l’avantage de fournir continuellement de l’information à jour sur les patients et les clients de l’ensemble du CIUSSS, ce qui aide le personnel à collaborer plus étroitement et plus facilement.

« Les défis sont affrontés de front », dit-il. « Sinon, nous risquons d’agir sans coordination, parce que nous pourrions ne pas savoir vers qui nous tourner devant un obstacle. »

« La participation au Centre de commandement numérique est fondée sur une entente implicite entre nous tous selon laquelle le patient est le centre de notre attention. Cela signifie que nous pouvons faire appel à tout membre du personnel à tout moment pour nous assurer que la bonne personne nous aide à faire avancer les choses. »

« Trop souvent », ajoute Madame Décarie-Drolet, « nous avons tendance à voir ce qui nous ‘appartient’, en d’autres mots, le domaine particulier dont nous avons la responsabilité. Par conséquent, nous ne voyons pas nécessairement ce qui est en jeu pour l’ensemble de l’organisation. »

« Le Centre de commandement numérique a tout changé, puisque le personnel peut comprendre beaucoup mieux ce qui est nécessaire et voir au-delà de ‘mes patients’. Bien sûr, nos propres patients ont de l’importance, mais ils font également partie d’un casse-tête très vaste et complexe dans le cadre duquel nous travaillons de mieux en mieux. »

Previous article

Rires, larmes et leçons de vie : regard rétrospectif sur l’École des infirmières de l’HGJ

Next article

This is the most recent article.