Articles vedettesJuillet 2017

Les équipes de l’HGJ et de l’Hôpital Mont-Sinaï vont au-delà des attentes pour une patiente de l’Unité des soins palliatifs

Grâce à leur rapidité d’exécution et à leur collaboration étroite, les équipes de l’Hôpital Mont-Sinaï et de l’Hôpital général juif ont comblé le vœu d’une patiente en fin de vie : passer ses dernières semaines dans un lit confortable, répondant à ses besoins.

Ce vœu était d’autant plus difficile à réaliser parce qu’il avait été exprimé le vendredi 19 mai, la veille de la fin de semaine de la Journée nationale des patriotes. Mais, à la fin de cette journée, une femme d’une cinquantaine d’années poussait un soupir de soulagement en s’allongeant dans son lit, celui où elle est décédée un mois plus tard à l’Hôpital Mont-Sinaï.

« Elle était profondément reconnaissante de ce qui avait été fait pour elle, et dans un délai tellement court », déclare Carol Steadman, la spécialiste en procédés administratifs de l’Organisation des bénévoles de l’Hôpital Mont-Sinaï et du Centre de réadaptation MAB-Mackay. « Chaque fois que je lui rendais visite, ce lit était au centre de la conversation. Il lui apportait une telle paix ».

Madame Steadman a également été encouragée par la coopération immédiate des membres du personnel de l’HGJ (un établissement membre du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, tout comme l’Hôpital Mont-Sinaï). « J’ai expliqué ce dont j’avais besoin, et ils sont immédiatement passés à l’action. »

« Chaque fois que je lui rendais visite, ce lit était au centre de la conversation. Il lui apportait une telle paix ».

Dès son transfert de l’HGJ à l’Hôpital Mont-Sinaï, la patiente a trouvé que son nouveau lit, bien que convenant aux besoins des patients recevant des soins palliatifs, ne lui procurait pas le même niveau de confort que celui de marque Linet qu’elle occupait à l’HGJ. En effet, ce lit, surnommé « Cadillac des lits d’hôpitaux », est muni d’un matelas dont la fermeté peut être modifiée selon le poids et la préférence du patient.

C’est la raison pour laquelle elle s’est adressée à Moments magiques, un programme de l’Hôpital Mont-Sinaï qui s’efforce de combler les vœux des patients de l’Unité des soins palliatifs dont le pronostic de survie est de trois mois ou moins.

Madame Steadman a communiqué avec Jacki Raboy Thaw, une infirmière coordinatrice de l’Unité des soins intensifs médicaux chirurgicaux à l’HGJ, qui a trouvé un lit inoccupé. Cette dernière a ensuite demandé l’aide d’Elliott Silverman, le directeur des achats et de la logistique du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, dont le bureau se trouve à l’HGJ.

« Je me souviens très bien que Jacki m’a dit qu’elle avait besoin de ce lit le jour même.»

Isaac Maman (à gauche), Elliott Silverman (au centre) et François Lemieux au quai de chargement où ils ont finalisé les détails du transport d’un lit thérapeutique spécial pour une patiente de l’Hôpital Mont-Sinaï.

Isaac Maman (à gauche), Elliott Silverman (au centre) et François Lemieux au quai de chargement où ils ont finalisé les détails du transport d’un lit thérapeutique spécial pour une patiente de l’Hôpital Mont-Sinaï.

Monsieur Silverman et Isaac Maman, chef de la Logistique, réception et entreposage, ont collaboré pour faire déplacer le lit de l’USI au quai de chargement de l’HGJ pendant que François Lemieux, chef de la Logistique, transport, prenait les dispositions nécessaires pour le transport. Le lit a finalement quitté l’HGJ à 18 h 53 et a été livré à l’Hôpital Mont-Sinaï environ 20 minutes plus tard.

Madame Thaw a trouvé qu’il était « formidable de ne pas devoir surmonter une foule d’obstacles administratifs pour procurer à cette patiente ce qu’elle souhaitait et ce dont elle avait besoin. Dès que nous avons présenté la demande, le personnel a fait tout ce qui était possible pour nous aider ».

Pour M. Silverman, c’est la détermination des membres du personnel des deux établissements du CIUSSS de collaborer comme une équipe unique pour rehausser l’expérience de la patiente qui a été particulièrement satisfaisante.

Selon lui, cette exécution souligne combien les Services des achats et de la logistique, tout comme les autres Services qui n’ont pas de contact direct avec les usagers, changent souvent les choses dans la vie des personnes qui reçoivent des soins.

« Les gens oublient parfois qu’à notre manière nous prodiguons des soins aux patients », dit-il. « Il est vrai que nous déplaçons de boîtes toute la journée, mais c’est ainsi que nous fournissons un appui essentiel aux membres du personnel qui donnent les médicaments et appliquent les pansements. »

« Ce cas a été spécialement gratifiant, car il nous a donné l’occasion de collaborer étroitement pour avoir une incidence directe sur le confort d’une patiente. Dès que nous avons reçu l’appel, nous avons tout laissé tomber pour l’aider. Nous ne l’avons jamais rencontré, et n’avons jamais su son nom, mais chaque minute d’effort valait la peine d’être déployée pour lui procurer quelques minutes supplémentaires de confort. »

Previous article

Les cyclistes sont au 7e ciel en apprenant qu’ils ont recueilli 4,1 millions de dollars pour lutter contre le cancer

Next article

La tradition juive n’exige pas que la vie soit prolongée sans discernement

No Comment

Leave a comment