CIUSSS Centre-Ouest MontréalMai 2020

L’exposé de l’HGJ sur Zoom portant sur les soins aux patients contaminés par la COVID-19 attire plus de 500 participants des hôpitaux du Québec

L’équipe de simulation de médecine d’urgence forme plus de 160 membres du personnel sur la manière de prodiguer des soins aux patients contaminés par la COVID-19

Lors de la plus grande réunion scientifique jamais organisée par l’HGJ, les membres de l’équipe de simulation de médecine d’urgence de l’Hôpital ont présenté un exposé en ligne à plus de 500 professionnels de la santé de l’ensemble du Québec sur la manière de prodiguer des soins aux patients en phase aiguë de la COVID-19.

La grande réunion scientifique, qui a eu lieu le 6 avril, était organisée par le Dr Errol Stern, le Dr Haran Balendra et la Dre Kamy Apkarian, en coordination avec le Départment de médecine, dirigé par le Dr Ernesto Schiffrin, médecin-chef à l’HGJ.

Les demandes de participation au webinaire ont été tellement nombreuses, que la séance Zoom s’est rapidement élargie pour inclure plus de 500 personnes, provenant de l’université McGill et de différents hôpitaux du Québec.

Capture d’écran d’une vidéo de l’HGJ : un mannequin est utilisé pour simuler comment un patient contaminé par la COVID-19 doit être intubé en raison d’une hypoxie grave (faible taux de saturation d’oxygène dans le sang).

Capture d’écran d’une vidéo de l’HGJ : un mannequin est utilisé pour simuler comment un patient contaminé par la COVID-19 doit être intubé en raison d’une hypoxie grave (faible taux de saturation d’oxygène dans le sang).

Les présentateurs ont abordé les particularités uniques de la COVID-19 et des soins aux patients contaminés, tout en expliquant comment les exercices de simulation ont permis aux médecins, au personnel infirmier et aux inhalothérapeutes d’acquérir une expérience précieuse qu’ils peuvent mettre en pratique lors de situations réelles.  

Les exercices de simulation ont permis au Dr Stern et à ses collègues de former plus de 160 professionnels de la santé du Département de l’urgence de l’HGJ sur les soins à prodiguer aux patients contaminés par la COVID‑19 qui ont également d’autres problèmes médicaux.

L’exposé est disponible sur le site web de l’HGJ pour les professionnels de la santé qui n’ont pas pu assister à la séance sur Zoom ou qui souhaitent revoir le contenu.

« Les simulations médicales sont un outil éducatif précieux », de dire le Dr Stern, directeur du Programme de simulation de médecine d’urgence de l’HGJ. « Le compte rendu après l’exercice de simulation fourni au facilitateur des données importantes qui permettent de comprendre les raisons pour lesquelles les membres du personnel agissent comme ils le font ».

« En comprenant mieux la manière dont le personnel agit dans chaque situation, nous pouvons avoir une discussion ouverte et déterminer la meilleure manière d’optimiser la sécurité des membres du personnel, tout en prodiguant les meilleurs soins possible aux patients contaminés par la COVID-19. »

Une séance de formation liée à la COVID-19 avec (de gauche à droite) Hajar Al Hoqani, résidente en médecine d’urgence, Linda Marchand, infirmière au Département de l’urgence et la Dre Julia Bernard, médecin urgentiste et membre de l’équipe de simulation de médecine d’urgence.

Une séance de formation liée à la COVID-19 avec (de gauche à droite) Hajar Al Hoqani, résidente en médecine d’urgence, Linda Marchand, infirmière au Département de l’urgence et la Dre Julia Bernard, médecin urgentiste et membre de l’équipe de simulation de médecine d’urgence.

Les séances de simulation ont également entraîné des changements systématiques, explique le Dr Stern, qui est professeur adjoint de médecine d’urgence à l’université McGill. « L’une de ces améliorations concerne les fournitures médicales apportées dans les chambres d’isolement des patients contaminés par la COVID-19 ».

« Précédemment, les grands chariots, contenant toutes les fournitures dont le personnel pouvait avoir besoin, étaient poussés dans les chambres. Par la suite, plusieurs articles non utilisés devaient être stérilisés ou même jetés parce qu’ils avaient été contaminés. »

« À la suite des exercices de simulation, nous avons préparé plusieurs plus petits paquets de fournitures, comportant seulement les articles nécessaires aux soins, qui sont apportés dans les chambres des patients. »

Des séances d’exercices de simulation ont eu lieu le 17 février afin d’examiner les plans et les procédures des professionnels de nombreux services et départements.

Ces séances ont été suivies, une semaine plus tard, d’un exercice de simulation multidisciplinaire, dans le cadre duquel une patiente contaminée par la COVID-19, dont le rôle était joué par une actrice prétendant être malade, a été soignée au Département de l’urgence avant d’être transférée à l’Unité de soins intensifs. Cette simulation visait à nous assurer que le personnel du CIUSSS était bien préparé pour l’arrivée des patients infectés par le coronavirus.

« Le compte rendu après l’exercice de simulation fourni des données importantes qui permettent de comprendre les raisons pour lesquelles les membres du personnel agissent comme ils le font ».

À la mi-mars, deux scénarios de simulation liés à la COVID-19 ont été mis au point par l’équipe de simulation de médecine d’urgence (Dre Apkarian, Dr Balendra, Dre Julia Bernard, Melanie Sheridan, Dr Stern et Dre Madelaine Yona). Ces séances ont été enregistrées et téléchargées sur le site web de simulation de médecine d’urgence de la COVID-19 de l’HGJ.

La première vidéo portrait sur un patient contaminé par la COVID-19 qui subissait un arrêt cardiaque après avoir été transporté au Département de l’urgence par Urgences Santé. Pour bien protéger le personnel, la vidéo illustrait comment les voies respiratoires devaient être sécurisées afin que les gouttelettes de la gorge du patient ne contaminent pas l’environnement.

La deuxième vidéo portrait sur un patient contaminé par la COVID-19 dont le taux de saturation d’oxygène dans le sang (hypoxie) est bas, même si le patient semble en bon état et respire presque normalement (hypoxie ‘silencieuse’). Le patient a finalement dû être intubé préventivement (quand un tube est placé dans la trachée) afin d’éviter une intubation ‘urgente’, une intervention à risque élevée, lors de laquelle il y a une probabilité accrue de contamination du coronavirus pour les professionnels de la santé.

Les deux vidéos préconisaient également des stratégies de communication efficaces pour les équipes, ce qui se complique quand le personnel porte l’équipement de protection individuelle et utilise des walkies-talkies. Malgré ces obstacles, les chefs d’équipes de soins de santé résument fréquemment l’état de santé de leurs patients en partageant de l’information précieuse avec les membres de leur équipe à l’intérieur et à l’extérieur des chambres d’isolement.

Selon le Dr Stern, ces exercices sont des outils précieux pour composer avec de nouvelles situations médicales complexes, et il s’agit de compléments utiles pour améliorer efficacement les soins.

« En examinant les actions de l’équipe médicale multidisciplinaire et la réponse du système de soins de santé, nous pouvons suivre l’évolution de notre environnement changeant et prodiguer efficacement les soins requis par les patients », dit-il.

Previous article

Les notes du Shofar élèvent l’esprit des patients et remercient les membres du personnel qui luttent contre la COVID-19

Next article

Pendant la fermeture des cabinets dentaires privés, l’HGJ agit comme filet de sécurité pour les urgences dentaires