Mai 2017Nouvelles

L’HGJ reçoit une part de la subvention de l’OIIQ pour améliorer les soins intensifs néonatals

L’Hôpital général juif est l’un des six hôpitaux et des quatre universités du Québec qui se partagent une subvention de 250 000 $ pour améliorer les soins infirmiers prodigués aux nouveau-nés prématurés et à leur famille dans les Unités de soins intensifs néonatals.

La subvention Pour mieux soigner, octroyée par l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, sera principalement utilisée pour harmoniser et implanter les meilleures pratiques, comme le soutien à l’allaitement maternel. Ces fonds aideront également à favoriser un développement néonatal sain en contrôlant l’éclairage et le niveau de bruit et en positionnant confortablement les bébés.

Selon Claudia Cinquino, conseillère en soins infirmiers à l’Unité des soins intensifs néonatals de l’HGJ, l’HGJ, le Centre universitaire de santé McGill, l’Hôpital Sainte-Justine, l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont, le Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke et le Centre hospitalier universitaire de Québec recevront chacun 25 000 $. Des représentants de chacun de ces établissements se réuniront par la suite pour déterminer leurs priorités en matière de soins néonatals et décider ce qu’ils s’attacheront à améliorer.

Une subvention supplémentaire de 100 000 $ sera aussi fournie à la Communauté virtuelle de pratique Neon@t, un organisme provincial regroupant les 10 établissements, pour développer des méthodes de normalisation des soins, faire avancer la recherche et partager les meilleures pratiques.

Johanne Boileau, directrice des Soins infirmiers du CIUSSS du Centre‑Ouest-de-l’Île-de-Montréal, dit que l’adoption et le partage de pratiques fondées sur des données probantes sont essentielles à l’amélioration continue de plusieurs types d’activités dans le domaine des soins de santé, afin d’assurer des résultats optimaux pour les patients.

Selon l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, près de 6 000 enfants naissent prématurément chaque année, parmi lesquels 1 200 naîtront avant la 32e semaine de grossesse. Pour donner à ces bébés une meilleure chance de vivre en santé, la subvention Pour mieux soigner de cette année vise à intensifier la collaboration interprofessionnelle et le transfert de données probantes afin d’implanter les meilleures pratiques plus efficacement.

Chaque année depuis son lancement en 2013, la subvention Pour mieux soigner appuie l’avancement de différentes sphères d’activités des soins infirmiers par le biais de projets qui améliorent les soins et reconnaissent l’apport des infirmières et infirmiers tout au long du continuum de soins.

OIIQ

Previous article

L’HGJ félicité par le ministre de la Santé pour un rendement efficace

Next article

Cinq sur cinq! L’HGJ est l’un des meilleurs employeurs de Montréal pour une cinquième année consécutive

No Comment

Leave a comment