Articles vedettesMai 2020

Lutter contre la COVID-19 en l’évacuant dans les égouts

L’équipe de la buanderie à l’HGJ livre quotidiennement 9 100 kilos de linge propre aux patients et aux autres membres du personnel

Si la COVID-19 vous angoisse, considérez ceci : le virus ne tolère pas d’être noyé, ébouillanté, savonné, malmené, tourbillonné et évacué dans les égouts — en d’autres mots, il ne tolère pas l’assaut brutal d’une machine à laver.

Votre humble machine à laver domestique accomplira très bien cette tâche. Mais pour nettoyer d’énormes brassées de linge très souillé comme seul un hôpital peut en générer, rien n’est plus formidable que l’agression des machines industrielles qui a lieu tous les jours dans la buanderie de l’HGJ.

Et, ces tâches sont toutes fondées sur le conseil qui nous est réitéré depuis des semaines : lavez vos mains, lavez vos mains, lavez vos mains.

En fait, selon David Diachidos, chef des Services de buanderie et lingerie, la COVID-19 est plus sensible à l’eau et au détergent que plusieurs autres infections nosocomiales, comme les bactéries C. difficile, ERV, SARM et CRO.

Cette susceptibilité a aidé la buanderie de l’HGJ à maintenir un rendement quotidien stable et fiable d’environ 9 100 kilogrammes (20 000 livres) de draps, serviettes, uniformes, blouses d’hôpital, vêtements de protection et nombreux autres articles de lingerie.

La COVID-19 est plus sensible à l’eau et au détergent que plusieurs autres infections nosocomiales.

La plupart de ces articles proviennent de zones où les membres du personnel peuvent être en contact avec des cas positifs de COVID-19 ou prodiguer des soins à des patients contaminés, y compris le Département de l’urgence, l’Unité de soins intensifs, les sixième, huitième et neuvième étages du pavillon K, le septième étage des pavillons C et D et le huitième étage du pavillon D.

Le nombre d’employés à temps plein de la buanderie n’a pas changé depuis le début de la pandémie, soit 25 en semaine et 16 la fin de semaine. Le seul changement notable est l’ajout de jusqu’à quatre employés chargés de préparer les articles propres devant être placés dans trois machines connues sous le nom collectif de système de distribution d’uniformes.

M. Diachidos explique que les uniformes propres sont placés dans de grands distributeurs électroniques (semblable à une machine distributrice); les employés utilisent leur carte d’identité de l’Hôpital pour échanger leur uniforme souillé contre un uniforme propre.

Ces machines sophistiquées, situées dans le Département de l’urgence, dans l’Unité de soins intensifs et au troisième étage du pavillon G, contrôlent ce qui a été retiré et rendu ainsi que l’identité des employés concernés. Ce système permet au personnel de la buanderie d’assurer le suivi des stocks et de savoir combien et quel type d’articles sont requis à chaque endroit.

M. Diachidos se souvient que lors de l’arrivée des premiers cas de COVID-19 confirmés à l’HGJ certains membres de son équipe craignaient un peu ce nouveau virus au sujet duquel l’information était lente à venir.

Toutefois, s’empresse-t-il d’ajouter, ces employés étaient déjà habitués à prendre des précautions considérables pour manipuler des articles qui pouvaient être contaminés par des microbes redoutables. Depuis que les caractéristiques de la COVID-19 sont mieux connues, les membres du personnel sont plus confiants et lavent les articles infectés en  portant des gants et des masques et en respectant la distanciation.

« Lors de nos réunions de personnel habituelles, je vois combien ils prennent au sérieux leur responsabilité d’assurer la sécurité des patients et des membres du personnel », de dire M. Diachidos. « Il est évident qu’ils sont très fiers de ce qu’ils accomplissent et j’ai beaucoup de chance de faire partie d’un groupe aussi consciencieux et dévoué ».

Previous article

Zoom, masques et prières de l’embrasure de la porte : les aumôniers réconfortent les patients pendant la pandémie

Next article

L’HGJ est de nouveau désigné comme un chef de file dans le sondage annuel de Newsweek