Avril 2016Nouvelles

Première réunion du conseil des gouverneurs de l’HGJ « réinventé et revigoré »

Le 28 janvier dernier, alors que le conseil des gouverneurs de l’HGJ s’apprêtait à entamer sa réunion inaugurale historique, le président Allen Rubin a brièvement rappelé à ses collègues que le nouveau conseil est « habilité à prendre des décisions importantes qui influeront sur la capacité de l’Hôpital général juif à fournir à ses patients des soins de qualité supérieure ».

« Leur bien-être sera au cœur des préoccupations de ce conseil, comme il l’a été pour chaque conseil, depuis l’ouverture de l’Hôpital en 1934 », a-t-il ajouté.

La création du conseil des gouverneurs fait suite à la grande réforme qui a touché, l’an dernier, tout le système de santé publique du Québec. L’un des principaux éléments de ce remaniement consistait à démettre le conseil d’administration de chaque établissement de santé. Par ailleurs, plus de 30 réseaux de santé répartis dans toute la province ont été mis sur pied, chacun doté d’un conseil d’administration qui supervise les différentes installations de son réseau. L’HGJ fait désormais partie du Centre intégré universitaire de santé et des services sociaux du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

Toutefois, chaque établissement de santé, pourvu d’une identité propre et d’un patrimoine distinct, est autorisé à constituer son propre conseil des gouverneurs, et l’HGJ a établi le sien. M. Rubin a informé ses collègues que cette instance dirigeante a récemment été « réinventée, revigorée et restructurée pour répondre aux besoins changeants de cet hôpital. »

« Notre obligation est de préserver et de gérer l’identité culturelle distincte de cet hôpital, son statut bilingue, sa mission clinique et universitaire, ses valeurs, son patrimoine ainsi que ses droits de propriété et son contrôle sur ses biens, ses avoirs et son image de marque. »

M. Rubin a également indiqué que le conseil des gouverneurs sert « de lien entre les 81 ans d’histoire de l’HGJ et une nouvelle ère. L’Hôpital continuera d’y mériter le respect des leaders de sa communauté, de ses bénévoles, l’admiration de son personnel et, chose plus importante, la gratitude de ses patients ».

« En reconnaissant l’héritage du passé et en accueillant la nouvelle réalité d’aujourd’hui, je suis convaincu, a conclu M. Rubin, que nous pouvons jouer un rôle déterminant dans l’avenir de cet hôpital, dont nous pouvons tous être fiers », de conclure M. Rubin.

TD

Previous article

In memoriam

Next article

Une étude pancanadienne axée sur une forme rare de cancer

No Comment

Leave a comment