NouvellesNovembre 2022

Selon le ministre fédéral de la Santé, le CIUSSS est un « partenaire absolument essentiel » dans la transformation numérique

Jean-Yves Duclos explore les soins virtuels lors d’une rencontre avec certains dirigeants du CIUSSS

Après avoir entendu les dirigeants du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal parler de la réussite de ce réseau en matière de soins virtuels aux patients à domicile, le ministre fédéral de la Santé Jean-Yves Duclos a dit que le CIUSSS est parmi les « partenaires absolument essentiels » du gouvernement.

Le 21 novembre, Monsieur Duclos a conclu sa rencontre de 45 minutes avec des membres de la haute direction du CIUSSS en disant qu’en arrivant à Ottawa plus tard dans la journée, il s’assurerait que le CIUSSS serait « ajouté à la base de données de nos partenaires absolument essentiels. »

Le ministre fédéral de la Santé Jean-Yves Duclos (à droite) et le Dr Lawrence Rosenberg, président-directeur général du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

Le ministre fédéral de la Santé Jean-Yves Duclos (à droite) et le Dr Lawrence Rosenberg, président-directeur général du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal.

Selon le ministre, au cours des semaines et mois à venir, le gouvernement fédéral entend « faire appel aux chefs de file comme vous et leur demander de présenter leur point de vue et leurs propositions pour l’avenir du système de données sur la santé du Canada ».

Monsieur Duclos a dit que son gouvernement et lui « préconiseront la mise en œuvre de la santé numérique et des soins virtuels, soit tout ce que vous faites maintenant pour avancer plus rapidement, beaucoup plus rapidement et améliorer la qualité des soins ».

Pendant la rencontre qui a eu lieu dans la salle du conseil de l’HGJ, Anthony Housefather, député de la circonscription de Mont-Royal, a qualifié l’exposé du CIUSSS « d’incroyablement impressionnant ».

Monsieur Housefather, dont la circonscription comprend l’HGJ et une grande partie de la région desservie par le CIUSSS, a déclaré que la rencontre était « vraiment, vraiment utile et tout à fait conforme à la philosophie de Jean-Yves… Vous lui avez donné beaucoup de matière à réflexion ».

Une grande partie de l’ordre du jour portait le programme Hôpital@domicile; il y a également eu des discussions au sujet de l’élaboration du dossier de santé connecté du CIUSSS, du Centre de commandement, et d’OROT, l’incubateur de santé connectée du CIUSSS.

Le Dr Lawrence Rosenberg, président-directeur général du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, a expliqué que l’objectif fondamental du réseau était de fournir aux usagers des soins de santé et des services sociaux « les bons soins, au bon moment, dans l’environnement le plus pertinent, le plus sûr, le plus pratique et le plus confortable pour ces derniers. »

Il a ajouté que cette approche « comprenait également une promesse : quelle que soit la manière dont nous fournirons les soins à l’avenir et, quel que soit l’endroit où les soins seront prodigués, les besoins de nos usagers des soins de santé seront au centre de notre attention ».

Le dossier de santé connecté « se réalisera et il s’agira d’une première canadienne ».

De plus, le Dr Rosenberg a souligné le caractère novateur du dossier de santé connecté. Cet outil complexe est mis au point à partir de zéro afin de couvrir l’entièreté de la trajectoire de soins des patients et ne s’appuiera pas sur l’un des logiciels existants aux États-Unis, qui sont fondés sur le système de santé privé de ce pays.

Le projet du CIUSSS « se réalisera et il s’agira d’une première canadienne », a déclaré le Dr Rosenberg.

Erin Cook, codirectrice administrative des Soins virtuels et directrice adjointe de la Qualité, Transformation, Évaluation, Performance et Éthique, a confirmé au ministre qu’à la mi-novembre Hôpital@domicile avait traité 121 cas, permettant ainsi d’économiser 818 jours-lits à l’Hôpital. C’est-à-dire que des lits étaient disponibles plus rapidement pour les patients qui avaient besoin de recevoir des soins en personne à l’HGJ.

Les sondages indiquent non seulement un taux de satisfaction élevé parmi les patients qui ont été traités par le biais d’Hôpital@domicile, mais ce programme présent également un avantage sur le plan financier, explique Madame Cook.

En effet, selon une analyse effectuée par le CIUSSS, il en coûterait environ 1 million de dollars de moins pour créer une unité virtuelle pour 25 patients que pour rénover un espace existant dans l’Hôpital afin d’ajouter une unité de 25 lits. Le coût annuel de fonctionnement de l’unité virtuelle serait d’environ 1,3 million de dollars de moins que celui d’une unité hospitalière de 25 lits.

Selon le Dr Lawrence Rudski, le directeur médical des Soins virtuels et directeur du Centre cardiovasculaire Azrieli à l’HGJ, les avantages des soins virtuels ont été particulièrement mis en lumière au cours des premiers mois de la pandémie de la COVID-19, lorsque plusieurs membres du personnel, y compris certains médecins, infirmières et infirmiers, ne pouvaient pas quitter leur domicile en raison deproblèmes relatifs à leur santé.

Néanmoins, souligne le Dr Rudski, ces professionnels ont été en mesure de continuer à aider les patients en travaillant à distance, et fournir ainsi des soins indispensables et allégeant la pression exercée sur le personnel qui prodiguait des soins en personne.

« Au fur et à mesure de la progression de notre transformation numérique», a ajouté Madame Cook, «nous envisageons un avenir où les patients bénéficieront d’une expérience de soins ininterrompus, dans le cadre de laquelle ils recevront des soins partout, sans que les installations en briques et en mortier soient le point central de la prestation de soins. »

Previous article

Au fur et à mesure que la pandémie s’atténue, les bénévoles sont impatients de revenir à l’HGJ et aux autres sites du CIUSSS

Next article

Désormais, la capacité des bébés prématurés à être allaités en toute sécurité est évaluée à l’HGJ