L’espoir, c’est la viePrintemps 2015

Sheila Kussner honorée pour avoir aidé d’innombrables patients atteints de cancer

Hommage à la fondatrice de L’espoir, c’est la vie
pour « sa détermination, sa créativité et son empathie » 

Sheila Kussner reçoit les chaleureux hommages de ses collègues et amis.

Sheila Kussner reçoit les chaleureux hommages de ses collègues et amis.

Alors que des patients atteints de cancer et des survivants bénéficient depuis plus de 30 ans du réconfort, des conseils et du soutien de L’espoir, c’est la vie, des services dont ils ont tant besoin, Sheila Kussner, O.C., O.Q., a été officiellement honorée pour avoir fondé un organisme mondialement reconnu et lui avoir insufflé sa détermination et sa vitalité, de toute évidence inépuisables.

Même si en 2012, Mme Kussner a quitté ses fonctions de présidente de L’espoir, c’est la vie, elle continue de collecter des fonds et d’être l’âme dirigeante de l’organisme. « Cette cause est si irrésistible qu’elle occupera toujours une place particulière dans ma vie et dans mon cœur, a-t-elle déclaré en septembre dernier devant des dizaines de collègues, d’amis et de dignitaires au Centre de bien-être de L’espoir, c’est la vie HGJ (Chez Lou). « Je vous promets ceci : quand le cancer prendra sa retraite, je me ferai moi aussi un plaisir de tirer ma révérence. »

Sheila Kussner et Allen Rubin regardent l’enregistrement vidéo présentant le message du gouverneur général du Canada, David Johnston.

Sheila Kussner et Allen Rubin regardent l’enregistrement vidéo présentant le message du gouverneur général du Canada, David Johnston.

Dans un message vidéo préenregistré, le très honorable David Johnston, gouverneur général du Canada, a félicité Mme Kussner « d’avoir parfaitement compris la puissance de la collaboration et son rôle dans l’édification d’une communauté plus avisée et plus solidaire ».

Mme Kussner a fondé L’espoir, c’est la vie en 1981 en dépit du scepticisme initial concernant le bien-fondé d’une aide offerte aux patients atteints de cancer et à leur famille par des bénévoles spécialement formés, ayant eux-mêmes survécu à la maladie. Les traitements et les soins ont toujours été prodigués aux patients par des professionnels de la santé, mais à l’époque il n’existait guère de soutien psychosocial ni de programmes pour les personnes appartenant à certains groupes d’âge et ayant des besoins particuliers.

Quelques commentaires supplémentaires sur Sheila Kussner lors de l’événement
de L’espoir, c’est la vie
en son honneur

Dr Lawrence Rosenberg, directeur général de l’HGJ : « Sheila Kussner incarne ce à quoi nous aspirons tous quand nous parlons de créer une expérience patient exceptionnelle. Elle a reconnu un besoin urgent et n’a ménagé aucun effort pour fournir aux patients atteints de cancer — et à ceux qui se rétablissent — des renseignements pratiques sur la maladie de même que du soutien psychosocial pour composer avec les effets du cancer et la période de rétablissement. »

Allen Rubin, président de l’HGJ : « Sheila est un nom devenu synonyme de service, dévotion, partage, détermination, créativité, empathie, chaleur, attention, aide, charité, compassion et, par-dessus tout, d’amour. »

Myer Bick, président et chef de la direction de la Fondation de l’HGJ : « Sheila est une véritable marchande d’espoir. Elle a été et continue d’être un modèle de leadership. Non contente d’inspirer tout son entourage, elle a su faire de sa vision une réalité. »

Suzanne O’Brien, directrice générale de L’espoir, c’est la vie : « Vous êtes notre fondatrice, notre mentor et une source constante d’inspiration. Après avoir consacré votre vie à penser aux autres, vous avez certainement acquis le droit de prendre enfin soin de vous. »

Depuis, L’espoir, c’est la vie est devenu un modèle de soutien pour les personnes atteintes de cancer, au Canada et partout dans le monde. Ses programmes novateurs sont conçus pour répondre aux besoins complexes, émotifs et pratiques, des patients, de leur famille et de leurs soignants, et ce, à tous les stades de la maladie, incluant le diagnostic, les traitements, la recherche du bien-être, le rétablissement, les rechutes et, si nécessaire, les soins palliatifs et le deuil.

Invalid Displayed Gallery

En reconnaissance de ses réalisations, Mme Kussner a reçu de nombreuses distinctions. Nommée, entre autres, Officière de l’Ordre du Canada, Officière de l’Ordre du Québec et gouverneure émérite de l’Université McGill, elle a également reçu de cette même université un doctorat honorifique en droit (honoris causa) ainsi qu’un doctorat honorifique de la faculté des sciences infirmières de l’Université de Montréal.

Mme Kussner a dit accepter cette plaque honorifique avec fierté et humilité — « fierté pour ce que nous avons accompli ensemble et humilité pour un honneur qui ne m’appartient pas uniquement, car il revient aussi aux nombreuses personnes qui m’ont accompagnée tout au long de cet extraordinaire cheminement — un cheminement, devrais-je ajouter, qui est loin d’être terminé ».

Previous article

Un lien établi entre un analgésique
et l’hypoglycémie

Next article

Le Dr Lawrence Rosenberg à la direction du nouveau CIUSSS Centre-Ouest

No Comment

Leave a comment