La recherche à l'Institut Lady DavisNovembre 2020

Un chercheur de l’ILD remporte la plus haute distinction pour ses recherché dans le domaine biomédical

Le Dr William Foulkes reçoit le prix Wilder-Penfield 2020 

Le Dr William Foulkes, chef du laboratoire de génétique du cancer et chercheur principal à l’Institut Lady Davis à l’HGJ, est le lauréat du prix Wilder-Penfield 2020 pour ses recherches approfondies sur les origines génétiques du cancer du sein et de l’ovaire. Ce prix est considéré comme la plus haute distinction au Québec pour la recherche en biomédecine.

Le prix reconnaît également les travaux du Dr Foulkes portant sur des formes rares de cancer. Le Dr Foulkes est membre du Programme de recherche sur le cancer de l’Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill. Il est également le directeur du programme de génétique du cancer à l’université McGill.

Créés en 1977, ces 15 Prix du Québec sont décernés par le gouvernement du Québec à des sommités des sciences et de la culture.

« Ce prix est extrêmement important pour moi, aussi bien sur le plan professionnel que sur le plan personnel », explique le Dr Foulkes qui est originaire d’Angleterre. « J’ai choisi de vivre au Québec il y a près de 25 ans, et cette reconnaissance de mon pays d’adoption me fait grand plaisir. »

Au cours de sa carrière, le Dr Foulkes a élucidé les mécanismes génétiques particuliers de plusieurs cancers héréditaires. Ces travaux ont sauvé des vies partout au Canada. L’un des éléments des recherches du Dr Foulkes est l’environnement génétique de la population québécoise. En raison de ce qui est appelé l’« effet fondateur », certaines mutations génétiques sont plus concentrées au Québec que dans les autres communautés canadiennes.

En 2005, le Dr Foulkes a participé à la création du Symposium international sur le cancer héréditaire du sein et de l’ovaire. Depuis, chacune des rencontres biennales attire des centaines de délégués.

Le Dr Foulkes a publié plus de 600 articles, dont plusieurs eux sont très respectés et cités par ses pairs. Notamment, un article sur la nature « de type basal » du cancer du sein associé au gène BRCA1qui a été cité 600 fois.

Outre ses recherches, le Dr Foulkes a maintenu sa pratique clinique, ce qui illustre son souci du bien-être de ses patients.

« Je reste motivé par mon travail clinique auprès des patients, précise-t-il. C’est souvent la source de nouvelles idées et de nouvelles découvertes, qui engendrent à leur tour des interventions qui aident les patients, leur famille et d’autres personnes. C’est un cycle tout à fait gratifiant. »

Previous article

Voir sa meilleure amie du secondaire élue à la Maison-Blanche

Next article

Vaste expansion de la biobanque pour la COVID-19 de l’HGJ