Articles vedettesMars 2024

Une nouvelle Clinique permet aux futures mères de tirer parti de l’expertise des médecins internistes

La Clinique de médecine obstétrique veille à ce que toutes les bases soient couvertes pendant la grossesse

Au fur et à mesure que la grossesse d’Amy Kasner progressait, son obstétricien voyait sa tension artérielle augmenter régulièrement. Une certaine hausse n’est pas nécessairement anormale, mais le médecin était réellement préoccupé par cette hypertension.

Les conseils d’un spécialiste devenaient nécessaires, et il se trouve qu’une nouvelle Clinique pour ce type de problèmes venait d’ouvrir ses portes à l’HGJ, juste au moment où Madame Kasner en avait besoin.

Conformément à la recommandation de son obstétricien, Madame Kasner s’est tournée vers la Clinique de médecine obstétrique, où les futures mèresqui souffrent de différents problèmes médicaux peuvent recevoir les conseils d’une interniste généraliste spécialisée en médecin obstétrique.

« Notre objectif est de collaborer étroitement avec les spécialistes en médecine fœto-maternelle des patientes, ou avec les obstétriciens, les médecins de famille ou les sages-femmes »,souligne la Dre Camille Simard, fondatrice de la Clinique et spécialiste en médecine interne générale, à la Division de médecine interne.

« Ensemble, nous traitons les problèmes médicaux plus complexes qui pouvaient exister avant la grossesse ou qui peuvent se développer pendant celle-ci. »

« En définitive, l’important est de nous assurer que les patientes sont couvertes sous tous les angles et qu’elles reçoivent le soutien nécessaire pour que leur grossesse et leur accouchement soient sains et heureux, pour elles et leurs bébés. »

Madame Kasner, qui est âgée de 31 ans, était soulagée de pouvoir rencontrer la Dre Simard à trois reprises avant le déclenchement des contractions et la naissance de sa fille, née à l’HGJ à la mi-janvier. Sa tension artérielle et son état de santé général ont fait l’objet d’un suivi étroit et la dose de ses médicaments a été réviséeafin de gérer adéquatement tout risque possible.

« Elle est vraiment formidable, sympathique et empathique », de dire Madame Kasner en parlant de la Dre Simard.

« J’étais vraiment rassurée de savoir qu’elle s’occupait bien de moi. Il m’est également arrivéde lui envoyer des courriels entre mes rendez-vous parce que quelque choseme préoccupait. Elle m’a toujours répondu rapidement, habituellement le jour même, pour me dire ce que je devais faire. »

Selon la Dre Simard, les services de la Clinique de médecine obstétrique peuvent être bénéfiques à des patientes présentant une vaste gamme de problèmes médicaux.

Par exemple, une femme qui a vécu avec un lupus et pris des médicaments immunosuppresseurs pendant la plus grande partie de savie pourrait vouloir avoir un enfant. La Dre Simard pourrait la rencontrer avant la conception pour planifier une grossesse sans risque, s’assurer que la maladie est contrôlée correctement, et que la patiente peut prendre ses médicaments en toute sécurité, pendant la grossesse et l’allaitement.

Comme des caillots sanguins,qui augmentent le risque de thrombose,peuvent se former pendant la grossesse, la Dre Simard donne les conseils nécessaires. Si la future maman prend déjà des anticoagulants pour prévenir la formation d’un caillot, la Dre Simard collabora avec l’obstétricien ou un autre médecin de l’Équipe de soins pour protéger la santé de la patiente et lui permettre de recevoir une anesthésie péridurale pendant l’accouchement.

La Clinique de médecine obstétrique, où les patientes sont reçues sur la recommandation d’un médecin, a ouvert ses portes à l’automne 2023 au Centre périnatal,situé au troisième étage du pavillon H. Pendant la période de démarrage, le Centre est ouvert une fois par semaine pendant une demi-journée, mais la Dre Simard espère ajouter des heures si la demande augmente au fur et à mesure que cette Clinique devient plus connue.

D’autres cliniques semblables existent déjà dans certains hôpitaux du Québec, ycompris au CHU Sainte-Justine (où la Dre Simard a suivi sa formation) et au Centre universitaire de santé McGill. Ainsi, lorsque la décision d’ouvrir une Clinique de médecine obstétrique à l’HGJ a été prise, la Dre Simard, qui est également professeure adjointe à l’université McGill, était la personne idéale pour diriger cette initiative.

Sa résidence, effectuée à l’HGJ, a été suivie d’un stage en médecine obstétriqueà l’Hôpital Sainte-Justine et à l’Université de Montréal, et d’un stage en médecine de la thrombose, au Centre des maladies du sang d’Ottawa. Grâce à cette formation, elle a acquis ce qu’elle décrit comme « une connaissance plus approfondie dans certains domaines qui peuvent être plus compliqués à gérer pendant la grossesse ».

La Dre Simard travaille à l’HGJ depuis le printemps 2023 et, lorsqu’elle n’est pas trop occupée à la Clinique, elle reçoit des patientes qui présentent différentes pathologies de médecine interne, y compris celles qui risquent de souffrir d’une thrombose ou qui en ont déjà souffert.

« Je suppose que je peux dire que la Clinique de médecine obstétrique aide à s’assurer que les points sont mis sur les I et les barre sur les T», ajoute la Dre Simard. « En définitive, l’important est de nous assurer que les patientes sont couvertes sous tous les angles et qu’elles reçoivent le soutien nécessaire pour que leur grossesse et leur accouchement soient sains et heureux, pour elles et leurs bébés. »

Previous article

Première chirurgie colorectale robotique à l’HGJ

Next article

La Dre Sarit Assouline nommée cheffe du Service d’hématologie à l’HGJ